Meilleure défense de L1, le FC Nantes c'est le mur de l’Atlantique

Football
FOOTBALL - Surprenants 5es du championnat, les Canaris possèdent surtout la meilleure défense de L1, à égalité avec le PSG. Une solidité qui lui a même valu d'accéder provisoirement au podium après la victoire face à Evian. Cette performance ne surprend pas les illustres ainés de la maison Jaune que metronews a sondés avant le derby face à Rennes, dimanche (14 heures).

Une décennie vient de s’écouler sur les bords de l’Erdre, mais le trio conserve bien des souvenirs de la saison 2003-2004. Au bout de la 11e journée de Championnat, Olivier Quint, Nicolas Savinaud et Nicolas Gillet avaient eux aussi, avec leurs compères de l’époque, encaissé sept buts également.

Pour une saison globalement réussie (6e de L1, finale de coupe de la Ligue et demi-finale de coupe de France). "On jouait à cinq défenseurs, se remémore Olivier Quint. On avait la sensation d’être costauds c’est vrai. Et avec Mario Yepes, il faut dire que ça rassurait", affirment les deux Nicolas.

Les trois anciens, qui ont connu la fin de cycle de la belle époque nantaise, continuent de suivre assidument leur club. Encore plus depuis qu'il est coaché par un défenseur de métier, Michel Der Zakarian, revenu aux manettes en 2011.

Un entraîneur rigoureux

Ce dernier, qui entame sa troisième saison sur le banc (après son premier passage, et la première remontée en L1 en 2008, avant de réitérer la performance en 2013 et de maintenir le FCN l’an passé dans l’élite) ne cesse de marteler à ses ouailles un message : ne pas prendre de but et bien récupérer le ballon. Un refrain lancinant en conférence de presse, qui a le mérite de porter ses fruits :
cinq clean sheets en L1, et même six si l'on prend en compte la Coupe de la Ligue (4-0 face à Laval, mardi).

Si les trois ex-Canaris jugent la défense actuelle assez homogène, "puisque la ligne des quatre est la même que l’an passé", souligne Nicolas Savinaud, deux individualités retiennent tout de même leur attention.  D’une seule voix, tous louent les performances du roc sénégalais, Papy Djilobodji. "S’il est concentré, bien placé, il peut faire très mal". "Ses premières relances sont excellentes", assure Nicolas Gillet, défenseur central de métier.

Une seule recrue... mais de qualité

Puis, l’arrivée de Kian Hansen - seule recrue estivale du club - a consolidé un peu plus l’édifice nantais. La sentinelle danoise, placée devant la défense "colmate les brèches. C’est un très bon joueur", assène le trio. Recruté pour jouer en défense centrale, il a finalement éclipsé Lucas Deaux au milieu de terrain.

Ajoutez à cela des latéraux (Veigneau et Cissokho) généreux dans l’effort, un Vizcarrondo très complémentaire de Djilobodji, et un dernier rempart (Riou) en pleine bourre, et vous obtenez le ciment de ce "mur de l’Atlantique" qui permet de faire oublier le départ cet été de son buteur Djordjevic (Lazio). Rassurant avant de recevoir le grand rival rennais (9e) dimanche, dans un derby breton qui promet d’être chaud bouillant.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter