Mbappé, Hazard, Pogba... Pourquoi le Real Madrid de Zidane va pouvoir faire des folies au mercato

Football
RICHE COMME CRESUS - Pour le faire revenir, le Real Madrid a offert de solides garanties financière à Zinedine Zidane pour rebâtir l'équipe. Le champion du monde 98 va disposer d'une enveloppe de près de 500 millions d'euros pour attirer (presque) tous les joueurs qu'il veut.

"J'ai hâte de remettre le club où il doit être". Depuis son retour au Real Madrid, théâtre de ses exploits d'entraîneur avec neuf titres gagnés en deux ans et demi (soit un trophée tous les 97 jours), Zinedine Zidane a affiché clairement son ambition. Distancé par le Barça en Liga et éliminé en Ligue des champions et en Coupe du Roi, "Zizou" se devait d'abord de remettre les Merengues dans le sens de la marche. Il est en passe de réussir sa première mission. Après avoir sorti son "club de cœur" de l'état léthargique dans lequel il était plongé, l'ancien numéro 10 des Bleus a quasiment assuré la qualification en Coupe d'Europe. 


Le champion du monde 98 a ainsi pu engager le deuxième acte de son plan visant à refaire du Real Madrid "le meilleur club du monde". En coulisses, avec l'aval du président Florentino Pérez, l'entraîneur français s'attèle déjà à préparer la saison à venir avec une liberté quasi totale sur le domaine sportif. En l'absence de recrutement clinquant ces dernières années, "ZZ" devrait avoir les moyens de ses ambitions. 

Et la presse ne s'y est pas trompée. Depuis qu'il a fait son comeback au Santiago-Bernabéu, pas un jour ne passe sans qu'une rumeur de transfert n'émane dans les journaux espagnols et européens. Si le Barça a déjà bouclé l'arrivée de Frenkie De Jong et le Bayern Munich a officialisé les renforts de Benjamin Pavard et Lucas Hernandez, c'est bien la Maison Blanche qui affole les gazettes du Vieux Continent à trois mois de l'ouverture du marché. Pour oublier le départ (non-compensé) de Cristiano Ronaldo et leur saison blanche de titres, les Madrilènes s'apprêterait à frapper d'énormes coups. 


Selon Marca, France Football et L'Équipe, Zinedine Zidane, qui détient les pleins pouvoirs, disposerait d'une enveloppe comprise entre 300 et 500 millions d'euros, sans compter les éventuels départs, pour faire ses emplettes l'été prochain. Le tout sans avoir à se soucier du fair-play financier (FPF).

De fourmi économe à cigale dépensière

Car, à l'inverse du PSG et de Manchester City, dont les comptes sont scrupuleusement épluchés par l'UEFA, le Real Madrid peut dépenser à tout-va malgré les dettes et l'ombre du gendarme financier. L'instance européenne a pris ses précautions juridiques lors de la mise en place du FPF en n'appliquant pas de principe de rétroactivité. Les dettes accumulées avant l'instauration du fair-play financier sont passées entre les mailles du filets. Pour la faire courte, c'est comme si elles avaient été effacées.


Grâce à des revenus en hausse (802 millions d'euros en 2017-2018, selon le site spécialisé Palco23), le club merengue, bon élève du FPF, roule sur l'or. À en croire un document officiel, que s'est procuré AS, la direction madrilène disposait au 30 juin 2018 une enveloppe de 372 millions d'euros (190 millions de solde en espèces et un crédit inutilisé de 182 millions) pour recruter. Mais on ne peut pas dire que le Maison Blanche en ait profité. En effet, à l'exception de la signature de Thibaut Courtois pour 65 millions d'euros lors du dernier mercato estival, les Merengues n'ont pas fait de grosses vagues sur le marché depuis bien longtemps. Mais, à l'approche de l'été, la fourmi économe se transforme en cigale dépensière. 

À moins de trois mois de l'ouverture du mercato, Zidane a déjà posé les premières pierres de son Real 2.0 en bouclant les arrivées du défenseur Éder Militão (50 millions d'euros) et de l'attaquant Rodrygo Goes (45 millions d'euros). Eden Hazard, Neymar, Kylian Mbappé ou Paul Pogba sont régulièrement cités dans les canards locaux pour venir renforcer l'équipe de "Zizou". Évidemment, même avec sa force de frappe financière démesurée, les voir débarquer tous en même temps à Madrid relève de l'impossible. Mais rien n'empêche, sauf peut-être le club vendeur (et encore), l'ancien numéro 10 de l'équipe de France de signer un ou deux "Galactiques" dès l'été prochain. Sans compter le renfort d'autres "top players".

Vendre pour pouvoir mieux acheter

Si des arrivées sont à prévoir durant l'été, le Real Madrid va dans le même temps dégraisser pour faire de la place dans son effectif et récupérer du cash. Et pour cela, l'équipe madrilène peut compter sur des joueurs à forte valeur marchande. Gareth Bale, que Zidane voulait déjà voir partir lors de son premier passage dans la capitale espagnole, et Raphaël Varane jouissent de grosses côtes sur le marché. Valorisé à 70 millions d'euros par Transfermarkt, le Gallois plaît toujours en Premier League. Le défenseur des champions du monde serait, quant à lui, dans les papiers de la Juventus qui souhaiterait apporter du sang-neuf pour concurrencer son duo Chiellini-Bonucci. Les départs de Luka Modric, Toni Kroos ou Thibaut Courtois pourraient aussi être validés en haut lieu. De quoi recouvrer quelques dizaines de millions à réinvestir.

Car, là encore, le club présidé par Florentino Pérez est avantagé par le système actuellement en place. Il n'est pas obligé de vendre à tout prix pour respecter la balance de 100 millions d'euros entre les dépenses et les ventes. Même s'il venait à dépasser allègrement ce seuil, ce qui n'est pas interdit formellement, l'UEFA ne prendrait aucune sanction puisque les comptes madrilènes sont largement bénéficiaires.


Après tout gagné avec une équipe faite pour d'autres, Zidane va pouvoir confectionner un Real à son image. Avec une carte blanche sur les recrues et une carte bleue illimitée pour s'assurer leur recrutement. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter