Mercato : à seulement 25 ans, comment Balotelli est devenu tricard en Europe

Football

ANNIVERSAIRE - A l'occasion des 25 ans de Mario Balotelli, l'heure est venue de dresser un bilan malheureusement peu reluisant de sa première partie de carrière. Car passé par les deux Milan puis par Manchester City, le buteur italien est aujourd'hui devenu indésirable à Liverpool, qui n'arrive même pas à s'en débarrasser.

Un vrai gâchis. Annoncé comme le futur grand attaquant que toute l'Italie attendait depuis la retraite de Filippo Inzaghi, Mario Balotelli était programmé pour marcher sur l'Europe du football. Très bon très tôt, il est devenu à 16 ans le plus jeune joueur pro de l'histoire en Italie (à Padoue, en 3e Division), puis a intégré l'Inter Milan un an plus tard avant de faire ses débuts avec la Squadra Azzurra à seulement 18 ans, "Super Mario" semble avoir tout pour lui. Mais comme souvent avec les petits génies du ballon rond, l'intéressé est surtout doté d'un ego surdimensionné qui lui fait faire un peu n'importe quoi et surtout les mauvais choix.

Sportivement, Balotelli assure encore l'essentiel (28 buts en 86 matches avec l'Inter) et, surfant toujours sur sa réputation de futur crack, tape même dans l'œil d'un Manchester City qui joue les nouveaux riches depuis deux ans (il est transféré en 2010 contre 28 millions d'euros). Mais côté vie perso, c'est déjà un peu plus chaotique et l'attaquant commence à se faire remarquer pour ses frasques (pêle-mêle : il plante son Audi R8 sur la route de l'entraînement, s'amuse à balancer des fléchettes sur les jeunes du centre de formation des Citizens ou met le feu à sa maison en y organisant un feu d'artifice d'intérieur...). Parfois drôles, souvent navrants, le souci de ces multiples dérapages de l'Italien est qu'ils deviennent peu à peu plus mémorables que ses prestations. 

Annoncé en MLS ou aux Emirats... 

D'abord protégé par son entraîneur Roberto Mancini, avec qui il en viendra même aux mains, Balotelli est vendu en 2013 à l'AC Milan (contre 23 millions d'euros), qui pense pouvoir faire reverdir celui qui avait flambé un an plus tôt avec la Squadra à l'Euro 2012. Un espoir vain puisque toujours empêtré dans diverses polémiques (à sa décharge le joueur subit aussi du racisme sur les terrains italiens) et certaines de ses maladresses, "Super Mario" s'éteint peu à peu en Lombardie, après une première saison pourtant convaincante (18 buts et 8 passes décisives en 41 matches). Résultat, l'été dernier, il est vendu à Liverpool (pour 19,5 millions d'euros), où il ne parviendra jamais à faire oublier Luiz Suarez parti au Barça.

Il n'y a d'ailleurs même de comparaison possible puisque là où El Pistolero plantait 31 buts en 37 matches pour les Reds, Balotelli n'en mettait que 4 en 28 rencontres... L'illusion est donc passée et il quitte sans doute définitivement la catégorie des tops joueurs. Pour preuve, son club ne parvient pas à le vendre, même bradé (il ne voudrait plus qu'une dizaine de millions d'euros), et on a même vu la Sampdoria de Gênes ne pas prendre le risque de vouloir le relancer. Dans l'impasse, les médias italiens évoquent même ces derniers jour un départ en MLS ou aux Emirats... Alors quand le compte officiel de l'Euro 2016 souhaite un joyeux anniversaire à Mario Balotelli sur Twitter, on se demande quand même s'il fera partie de la sélection italienne pour jouer en France dans un an. 

EN SAVOIR +
>> 
Il faut "mettre Balotelli à l'eau et pain" pour qu'il remarque
>> 
Notre page spéciale mercato

Lire et commenter