Mercato : pourquoi N’Golo Kanté n’a pas signé au PSG

Football
DirectLCI
SPORT BUSINESS – Dans le cadre des Football Leaks, "Mediapart" détaille les véritables raisons de la non venue de N’Golo Kanté au PSG en 2016. En cause : les demandes exorbitantes de ses agents.

"Non, pas lui !" C’est ce que se sont dit la grande majorité des internautes du monde entier en découvrant que le nom de N’Golo Kanté était cité dans le teaser des Football Leaks. Rassurez-vous : l’article que Mediapart consacre, mercredi 14 novembre à l’homme qui triche aux cartes (selon ses coéquipiers) explique, avec moult détails, comme il a refusé d’être payé via une société offshore, malgré la longue insistance de son employeur, Chelsea, désireux de payer moins d'impôts. Une ombre, tout de même, dans ce tableau : il y est aussi raconté pourquoi son transfert au PSG n’avait pas pu se faire, en 2016.

"Ne vous évanouissez pas !"

Et là, ce sont les deux agents du milieu champion du monde qui sont directement impliqués. Les premières négociations ont eu lieu au mois de mai de cette année-là. Un document interne du PSG révèle que ce sont les commissions demandées par les représentants du joueur, auteur alors d'une saison de très haute tenue à Leicester, futur champion d'Angleterre, qui ont posé problème. En effet, si celles-ci devaient être limitées à 10% du montant du transfert, comme la loi française l’exige, alors il était  "presque sûr" que Kanté ne viendrait pas, est-il écrit.

Le service juridique du PSG a donc imaginé une petite ristourne, en offrant une commission de 10% à chacun des agents, l’un en tant que représentant du club parisien, l’autre en tant que représentant de Kanté. Mais cette double représentation est tout aussi interdite en France, et Paris a, logiquement, fini par renoncer après un dernier rendez-vous, le 24 mai 2016.

Pour se faire une idée des demandes des conseillers de Kanté, il faut regarder les commissions qu’ils ont touchées au moment du transfert de leur client à Chelsea, quelques semaines plus tard, dans un pays, l’Angleterre, où les commissions d’agents ne sont pas limitées. L’un a encaissé 6 millions de livres (7,2 millions d’euros) et l’autres 4 millions de livres (4,8 millions d’euros), soit 10 millions au total, sur un transfert s’élevant à 32 millions de livres (38,5 millions d’euros). Soit plus de 30% du montant du transfert ! "Un pourcentage stratosphérique, même pour la très libérale Angleterre", commente Mediapart. Qui indique, au passage, que Marina Granovskaia, directrice générale adjointe de Chelsea, en annonçant au club le montant desdites commissions, a d’abord ainsi prévenu ses collègues : "Ne vous évanouissez pas !"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter