Mercato : le PSG a-t-il vraiment besoin de Lassana Diarra ?

DÉCRYPTAGE – Lassana Diarra devient ce mardi, et pour un an et demi, un joueur du Paris Saint-Germain. À un âge (32 ans) et dans une condition physique qui posent question.

C’est peu dire que la signature de Lassana Diarra au PSG durant ce mercato d’hiver ne fait pas l’unanimité parmi les supporters parisiens. Ce n’est pas tant le passage à Marseille (de 2015 à 2017) du milieu de terrain international que la façon houleuse dont il a quitté le club phocéen qui chiffonnent les Parisiens. 


Lucide, l’intéressé décrivait ainsi la perception qu’on avait de lui, à la 3e personne, dans L’Équipe en novembre 2015 : "Diarra, c’est un mercenaire, il n’a pas d’éthique, il ne pense qu’à l’argent, c’est un orgueilleux. C’est ça, à peu près, mon image." Le constat reste valable. Mais s’y ajoutent, à présent qu'il débarque pourtant gratuitement après avoir résilié son contrat avec Al-Jazira (Émirats arabes unis), de gros doutes sur sa condition physique et son apport potentiel à l’effectif du PSG.

Lassana Diarra ne peut pas avoir d’exigences. Dans ces conditions, il prendra ce qu’on lui donnera.Alain Giresse

"Le milieu est un secteur de jeu où il est fondamental d’avoir des possibilités de rotation ou de roulement. Thiago Motta est souvent blessé. Et dans ce registre spécifique de sentinelle, devant la défense, il n’y a personne d’autre. On voit que Lo Celso n’est pas vraiment une solution, cette position n’est pas naturelle pour lui. Avant, Rabiot avait aussi été essayé là et, clairement, ce n’était pas non plus son registre. Donc l’arrivée de Diarra répond parfaitement à ce besoin d’étoffer le milieu", juge Alain Giresse, ex-milieu des Bleus et ancien entraîneur du PSG, sollicité par LCI.

Mais pour combler ce manque, Diarra doit être en mesure de jouer, ce qui est loin d’être acquis. Ses six derniers mois à l’OM avaient, déjà, été minés par des blessures qui, ensuite, l’avaient privé de l’Euro 2016. En 2017, sous le maillot d’Al-Jazira, il n’a disputé que cinq matchs pour cette même raison... Le joueur va donc devoir s’astreindre à un gros travail foncier dans les prochaines semaines. Mais il lui en faudra bien six pour retrouver une forme à même de répondre aux exigences de matches à haute intensité. Et le Real Madrid arrive dans trois semaines…

Ce qui pose aussi la question, outre celle de son utilité, de la gestion de son ego par l’entraîneur. On se souvient que, dans sa riche carrière, "Lass" s’est souvent opposé aux coachs qui ne le faisaient pas jouer. "S'il doit rester sur le banc pendant des gros matches, je ne pense pas que ce sera un problème, évacue pourtant Alain Giresse. On parle de quelqu’un qui vient de Paris (il est né à Belleville, ndlr), et qui a été longtemps arrêté. Il a pleinement conscience de la chance qu’il a de se retrouver dans ce club-là. Il ne peut pas avoir d’exigences. Dans ces conditions, il prendra ce qu’on lui donnera."

En vidéo

LE POINT - Mercato : les plus gros transferts de l'hiver

En clair, ce serait donc tout bénef’ pour le PSG ? "La difficulté du mercato d’hiver, c’est d’arriver à trouver des joueurs assez bons, souligne l’ancien milieu des Bleus. Surtout au PSG, où on a besoin de joueurs ayant une certaine dimension, et Lassana Diarra, il l’a. On connaît tous sa carrière, son expérience. Sa qualité technique est reconnue. Il l’a en outre de nouveau démontrée lors de son passage à Marseille, qui l’a même fait revenir en équipe de France. La seule problématique, c’est la santé et sa condition physique. Sur le reste, franchement, il a tout ce qu’il faut."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le mercato hivernal 2018

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter