Mercato : Hugo Lloris ne veut pas aller au PSG et défend Salvatore Sirigu

Football

TRANSFERT - Le gardien et capitaine de l'équipe de France est l'objet de nombreuses convoitises à quelques jours de l'ouverture du marché des transferts. Ce mardi, il fait le point sur sa situation, affirmant ne pas vouloir signer au PSG.

Le très placide Hugo Lloris a la tête qui chauffe. Ce mardi, le gardien et capitaine des Bleus rejoint ses partenaires de la sélection rassemblés depuis lundi à Clairefontaine après "une tournée exotique", dixit Didier Deschamps, en Thaïlande et en Australie avec son club de Tottenham. Et, tandis qu'il devra se remettre du décalage horaire, il lui faudra également veiller à ce que le mercato qui s'annonce (du 9 juin au 31 août) ne vienne pas trop lui polluer l'esprit. Selon la rumeur, le portier devrait en effet quitter Londres cet été. Dans un entretien accordé à L'Équipe ce mardi, il évoque cette situation, lâchant au passage une information : il ne signera probablement pas au PSG.

Le club parisien espérait pourtant bien recruter le Français pour remplacer un Salvatore Sirigu jugé décevant en interne. Mais, outre le fair-play-financier , il se trouve désormais confronté à un obstacle de taille : la volonté du gardien, conjuguée à une forme de corporatisme liée à la singularité de ce poste. "Il ne faut jamais dire non, mais mes idées sont claires. Aujourd'hui, je suis dans une autre logique que celle d'un retour en Ligue 1, assure-t-il. Et puis, je trouve qu'on a été très dur avec Sirigu. Je ne sais pas si c'était pour déstabiliser le PSG à un moment de la saison mais je pense qu'il a fait de belles choses à Paris et que les gens l'oublient. Le club est en train de progresser, on sent que le projet avance, mais pour moi, aujourd'hui, la question ne se pose pas."

Hugo Lloris : "Pour moi, on est dans le moment où il faut réfléchir"

Il s'agirait donc plus vraisemblablement pour lui de rallier Manchester United en cas de départ de David De Gea au Real Madrid. Une certitude : quitter Tottenham ne serait pas pour lui déplaire. "On ne sait pas ce qui peut se passer. Il y a une chose importante : il y a un moment pour penser à soi, pour se poser et réfléchir, mais lorsque ce moment est passé et que la saison commence, on est impliqué à fond dans le projet du club, de l'équipe, dit-il. Pour moi, on est dans le moment où il faut réfléchir (sourire). Mais on ne contrôle pas tout. Cela ne me regarde même pas, c'est un débat de club à club. On est dans une période où ça s'agite parfois pour rien, où des chiffre circulent pour sonder le marché. Ça fait partie du système."

Ensuite interrogé sur le montant de sa clause libératoire, fixée à 35 millions d'euros au moment de sa prolongation de contrat il y a un an selon les médias anglais, Hugo Lloris finit par lâcher cette petite confidence : "Il n'y a aucune clause. Avec mes dirigeants, j'ai toujours aimé l'échange direct. C'est important pour connaître les gens, pour sentir la culture du club, pour comprendre comment il fonctionne. Quand vous avez le privilège de discuter directement avec votre président, comme je l'ai fait avec Daniel Levy, cela rend les choses beaucoup plus simples. Après, je sais ce que nous nous sommes dit, et c'est un rapport de confiance." Pas de clause mais plutôt un deal libératoire, donc.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter