Mercato : Jean-Michel Aulas négocie avec l'agent d'André-Pierre Gignac

Football

TRANSFERT - Après avoir déjà recruté le défenseur Jérémy Morel, l'Olympique lyonnais s'intéresse fortement à un autre joueur de l'Olympique de Marseille en fin de contrat, l'attaquant André-Pierre Gignac. Dont l'agent s'est entretenu avec le président Jean-Michel Aulas mardi.

De la parole aux actes, il n'y a parfois qu'un tout petit pas. Lundi, durant la conférence de presse de présentation de Jérémy Morel, tout juste chipé à l'OM , Jean-Michel Aulas avait été interrogé au sujet du recrutement d'André-Pierre Gignac, autre Marseillais en fin de contrat. Et le président lyonnais n'avait pas caché son intérêt pour l'attaquant international français, dont il qualifiait l'éventuelle venue à Lyon de "rêve". On aurait alors pu penser qu'il ne s'agissait que d'une énième pique à l'adresse de son meilleur ennemi, son homologue phocéen Vincent Labrune. Mais en fait non : RMC assure en effet que le patron de l'OL et Jean-Christophe Cano, l'agent de Gignac, ont déjeuné ensemble mardi à Lyon pour entamer de premières négociations.

L'OL a quelques arguments

L'affaire n'est pas simple : à Marseille, le buteur émargeait à 300 000 euros mensuels et c'est précisément parce que son club de cœur ne pouvait plus le rémunérer à cette hauteur qu'il s'est finalement décidé à le quitter. L'OL, tout aussi soucieux d'alléger sa masse salariale, peut-il proposer un tel salaire ? Le départ de Gourcuff, qui touchait, lui, près de 400 0000 euros par mois, pourrait le lui permettre mais ce fâcheux précédent appelle plutôt à la prudence... Dans le cas contraire, difficile d'imaginer Gignac accepter une baisse drastique de salaire pour signer à Lyon alors qu'il ne s'y était pas résolu pour rester à l'OM.

Mais, en football comme dans tant d'autres domaines, c'est souvent le marché qui dicte sa loi. Pour l'heure, l'attaquant ne dispose que de deux propositions, celles de Galatasaray et du Dynamo Moscou, intéressantes financièrement mais qui l'éloigneraient de sa famille, ce à quoi il est "réticent" selon son entourage. Entre la poire et le fromage, Jean-Michel Aulas a donc vraisemblablement avancé l'argument de pouvoir plus facilement se montrer à quelques mois de l'Euro 2016 tout en disputant la Ligue des champions. Pas de quoi convaincre Gignac mais au moins de quoi le faire sérieusement réfléchir.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter