Mercato : le PSG tente de chiper Antoine Griezmann au FC Barcelone, mais...

Football

FOOTBALL – Après l’annonce publique de son départ de l’Atlético de Madrid mardi soir, la question est désormais de savoir où jouera Antoine Griezmann la saison prochaine. Le PSG est sur le coup.

La rumeur courait, de plus en plus vite, ces dernières semaines. Elle est devenue une information quand Antoine Griezmann a lui-même annoncé, via une petite vidéo postée sur les réseaux sociaux, aux supporters de l’Atlético de Madrid qu’il quittera le club cet été, après cinq ans de bons et loyaux services, et après le faux-départ d’il y a un an, ayant donné lieu à un improbable documentaire de 52 minutes pour acter sa décision de rester...

Deux versions de ce film avaient d’ailleurs été tournées à l’époque, l’une pour dire "je reste", l’autre pour dire "je pars", signe que le Français avait déjà longtemps hésité. L’attaquant avait d’ailleurs aussi pris soin, en prolongeant son contrat avec l’Atlético l’été dernier, d’y inclure une clause libératoire de 120 millions d’euros, lui permettant de partir contre ce montant quoi qu’il arrive avant le 30 juin 2019. Un autre choix se présente désormais devant lui, comme le formule sur sa Une de ce mercredi le quotidien catalan Mundo Deportivo : "Le Barça ou le PSG."

C’est en Catalogne qu’Antoine Griezmann a failli signer en 2018. Et c’est avec ce même FC Barcelone qu’il négocie à nouveau depuis la mi-mars. Selon de nombreuses sources concordantes, un accord a même déjà été trouvé entre les deux parties en vue d’un prochain transfert, sur la base d’un contrat de cinq ans et un salaire annuel de 17 millions d’euros net (contre 21 millions actuellement à l'Atlético, le Barça lui faisant ainsi payer le lapin posé l’an dernier).

Lire aussi

Une réunion dans un palace parisien

Le PSG, lui, suit l’attaquant depuis 2016 (une offre avait été soumise à l’Atlético après l’Euro en France). Selon L’Équipe et Le Parisien ce mercredi, le club parisien est récemment revenu à la charge pour se positionner dans ce dossier. Une réunion a en effet eu lieu, la semaine dernière, à l’hôtel Peninsula, un cinq étoiles du XVIe arrondissement de Paris, où un avocat, un agent et la sœur de Griezmann se sont entretenus avec Antero Henrique, le directeur sportif parisien.

Voir aussi

Son arrivée à Paris ne serait "pas impossible" selon un proche du dossier cité par Le Parisien... Problème, toutefois, et il est de taille : le fair-play financier de l’UEFA (réglementation imposant aux clubs engagés dans les compétitions européennes de ne pas dépenser plus qu’ils ne gagnent) met le PSG dans l’obligation de vendre des joueurs pour un montant minimal de 60 millions d’euros avant le 30 juin, date de clôture de l’exercice comptable actuel, afin d'amortir les salaires gargantuesques de Neymar et Kylian Mbappé, ainsi que l’annulation (par l’UEFA) des contrats de sponsoring qataris du club.

Lire aussi

Un échange contre Cavani ?

Et il se trouve que c’est à cette même échéance du 30 juin que la clause libératoire d’Antoine Griezmann passera de 120 à 200 millions d’euros, ce qui rendra l'affaire bien moins juteuse. Dit autrement : si Paris veut boucler ce dossier dans les temps, il doit déjà vendre plusieurs joueurs assez rapidement, contrairement au Barça, qui dispose déjà de la force de frappe financière nécessaire. Un argument pourrait cependant avantager le PSG, puisque l’Atlético a fait d’Edinson Cavani la priorité de son prochain mercato, et serait donc intéressé par un échange lui permettant de faire d’une pierre deux coups...

Voir aussi

Pour Griezmann, le plus grand club de France, c'est... Marseille

Il n’empêche, le FC Barcelone garde une grande longueur d’avance dans ce dossier, l’attaquant ayant lui-même manifesté son souhait de rallier ses rangs. "Si je viens jouer en Ligue 1 un jour, ce sera à Lyon ou Marseille, avait, en revanche, déclaré le leader technique des Bleus fin 2016 dans France Football. Ce sont les deux clubs que j’adore en France. Donc si je reviens, ce sera là. (…) L’OM, c’est l’ambiance, c’est une ville qui vit pour le foot. J’adore le stade Vélodrome, j’adore le maillot et pour moi c’est vraiment le plus grand club en France historiquement." Ensuite interrogé, en mars 2017, sur l’intérêt du PSG à son égard, le joueur avait répondu : "Je n’ai pas envie de venir jouer à Paris, en Chine ou aux Etats-Unis." À ses yeux, le club parisien n’est donc qu’un lieu de pré-retraite. La star a aujourd'hui 28 ans.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter