Mercato : pourquoi, cet été, ce sera la bonne pour le transfert d'Antoine Griezmann au FC Barcelone

Football

FOOTBALL – Après le rendez-vous manqué de 2018, Antoine Griezmann devrait bien, cet été, rejoindre le FC Barcelone de Lionel Messi. Le transfert est déjà quasiment acté.

Souvenez-vous l’été dernier. Antoine Griezmann y avait mis les formes. En pleine préparation de la Coupe du monde avec l’équipe de France, et intensément courtisé par le FC Barcelone, l’attaquant avait savamment entretenu le suspense, avant de rendre publique sa décision de rester à l’Atlético de Madrid... via un documentaire de 52 minutes produit par ses soins et diffusé sur la chaîne de télévision espagnole Movistar Plus. Résultat : une pluie de railleries, et un accueil particulièrement houleux réservé par le public catalan au Tricolore lors de la venue des Colchoneros au Camp Nou, le 6 avril.

À ce moment-là, les exigeants socios du Barça ne savaient pas que les négociations entre les deux parties avaient repris, comme le révèle Le Parisien ce vendredi, affirmant, en outre, que tout est désormais quasiment calé pour un transfert cet été. Comment expliquer un tel revirement, chez le joueur et chez les dirigeants du Barça ?

Côté Griezmann

C’est en fait le 2 mars que tout a basculé. Ce soir-là, à Turin, l'Atlético, vainqueur 2-0 du 8e de finale aller, s’incline 3-0 au retour face à la Juventus de Cristiano Ronaldo et quitte prématurément la Ligue des champions. "Nous avons choisi le mauvais jour pour nous chier dessus. Tout le monde est coupable. Moi le premier. Je suis très déçu. Ils nous ont été supérieurs dans tous les secteurs. On verra pour l’année prochaine...", réagira alors Antoine Griezmann, qui considère depuis lors que le FC Barcelone sied sans doute mieux à ses ambitions qu’un Atlético en plein déclin.

Voir aussi

Un autre évènement a achevé de le convaincre de franchir le pas : le départ de son meilleur ami, le parrain de sa fille,  l'Uruguayen Diego Godin, l’un des tout meilleurs défenseurs du monde. Une décision officialisée il y a deux jours devant une assistance émue, au milieu de laquelle le Français n’est pas parvenu à retenir ses larmes.

Côté Barça

Conscient qu’une page était (déjà) en train de se tourner chez les Colchoneros, le FC Barcelone est donc revenu à la charge. Et a accéléré le mouvement dans la foulée de son invraisemblable élimination en demi-finales de la Ligue des champions, mardi 7 mai à Liverpool (défaite 4-0 au retour après avoir remporté l’aller 3-0), ayant plongé le club catalan dans une énorme crise.

Lire aussi

En Espagne, dans les grands clubs, c’est souvent ainsi : qui dit crise, dit mercato gargantuesque pour calmer les supporters. Le Barça a ainsi déjà acté le transfert du milieu Frenkie de Jong, contre 80 millions d’euros, et celui de son capitaine à l’Ajax, Mathhijs de Ligt, est aussi en très bonne voie. Mais c’est surtout en attaque que les dirigeants catalans étaient attendus au tournant, après l’échec retentissant du recrutement de Philippe Coutinho, pour 160 millions d’euros (bonus compris) l’an passé, et celui, plus relatif, d’Ousmane Dembélé, acheté, lui, pour 105 millions d’euros.

Lire aussi

À l’issue de l’exercice actuel, le constat est incontestable : aucun titulaire indiscutable ne se dégage, dans l’effectif, pour constituer le trio d’attaque avec Lionel Messi et Luis Suarez. C’est donc pour combler ce manque, créé initialement par le départ de Neymar à Paris en 2017, que le FC Barcelone veut Antoine Griezmann, dont la clause libératoire s’élève, jusqu’au 30 juin, à 120 millions d’euros, signe que l’Atlético avait contractuellement prévu le coup en prolongeant le bail du Français il y a un an... En revanche, le n°7 des Bleus devra accepter de baisser significativement son nouveau salaire (de 23 millions d’euros par an) pour signer en Catalogne. Le prix à payer pour le lapin posé l’été dernier.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter