Mercato : Rabiot "souhaite quitter le PSG", il ne devrait plus jouer avec Paris

Football
FRACTURE - Le divorce est prononcé entre Adrien Rabiot et le PSG. Par la voix d'Antero Henrique, son directeur sportif, le club a annoncé ce lundi le départ à venir de son milieu, en fin de contrat en juin. Le joueur, formé à Paris, "restera sur le banc pour une durée indéterminée".

Le doute se dissipe autour de l'avenir d'Adrien Rabiot. Libre de tout contrat en juin prochain, ce qui signifie qu'à partir de janvier, soit six mois avant la fin de son bail, il pourra s'engager avec le club de son choix, sans que le PSG ne touche d'indemnités. C'est, semble-t-il, ce qu'a décidé le milieu formé au PSG. Ces derniers mois, la relation idyllique entre le "Duc" et la direction francilienne s'est tendue. En conflit avec Antero Henrique, le directeur sportif du PSG, l'international tricolore de 23 ans a décliné plusieurs propositions de prolongation formulées par son club formateur, jouant la montre et... avec les nerfs de ses dirigeants. 


Le point de non-retour a, cette fois-ci, été atteint pour les dirigeants du PSG. Dans un entretien accordé à Yahoo Sport ce lundi 17 décembre, Antero Henrique annonce qu'Adrien Rabiot va quitter le club à l'issue de la saison. "Il y a plusieurs mois, nous avions eu des échanges positifs avec son représentant dans l'optique qu'il reste au club et qu’il signe un nouveau contrat. Nous avions également accepté toutes les conditions du joueur liées au domaine sportif. Nous avions discuté de ces conditions afin qu'il reste avec nous pour les années à venir. Mais, malheureusement, désormais, les discussions se sont totalement arrêtées", déplore-t-il. Avant d'ajouter que "le joueur (l'a) informé qu'il ne signerait pas de contrat et qu’il souhaitait quitter le club en étant libre à la fin de la saison, soit à l'expiration de son contrat."

Une mise à l'écart du groupe

À en croire ses dires, Adrien Rabiot pourrait même ne plus jouer avec le PSG d'ici la fin de la saison. "Pour le joueur, cela aura d'ailleurs une conséquence très claire : il restera sur le banc pour une durée indéterminée", affirme-t-il, ne pouvant cacher l'amertume certaine qu'il nourrit à l'encontre du clan Rabiot, et plus particulièrement de la mère du joueur, Véronique, qui joue aussi le rôle d'agent. "Il semble que le joueur et son représentant nous aient induit en erreur pendant plusieurs mois. Je dois ajouter que cette situation est irrespectueuse à la fois pour le club et pour les fans. Surtout venant d'un joueur qui a évolué sous nos couleurs depuis le centre de formation jusqu'à l’équipe première. Un joueur qui a toujours reçu le soutien total du club..."


Plutôt optimiste sur l'issue des tractations entamées il y a deux ans, Thomas Tuchel avait d'ailleurs affiché son scepticisme plus tôt dans la journée. L'entraîneur parisien, qui a longtemps encouragé son milieu à prolonger, avait, pour la première fois, ouvert clairement la porte à un départ d'Adrien Rabiot dès cet hiver. Interrogé à son sujet en conférence de presse, à la veille du match de Coupe de la Ligue contre Orléans, il avait déclaré ne pas pouvoir "assurer qu'Adri finira la saison avec nous (le PSG, ndlr)", car le milieu français "n'a pas dit oui au PSG, c'est pour ça que tout est possible." Ce soir, le divorce est prononcé dans un bruit de vaisselle cassée. 

Le PSG se prépare donc à perdre son joueur. Dès fin novembre, Le Parisien assurait que le club de la capitale réfléchissait à le céder cet hiver pour éviter de perdre la face. Lundi, Antero Henrique, le directeur sportif, n'a toutefois pas voulu confirmer cette hypothèse. En interne, pourtant, cette éventualité fait sens. Au-delà de permettre à la direction parisienne de sauver les apparences après avoir été ballottée pendant deux ans par l'entourage du joueur, la vente de Rabiot limiterait la perte financière que représenterait un départ gratuit. Plusieurs équipes, la Juventus Turin et le FC Barcelone notamment, pourraient accéder à la requête du PSG. 

Avec l'enveloppe tirée d'un potentiel transfert d'Adrien Rabiot (10 millions d'euros), Paris devra coûte que coûte signer un nouveau milieu défensif. Un recrutement déjà réclamé, en vain, par l'entraîneur parisien l'été dernier. "C'était nécessaire et très important pour moi et pour nous d'avoir un numéro 6 pour notre équipe au cours de cet été. C'est l'hiver désormais mais c'est la même chose", confiait Tuchel lundi après-midi. "Cela dépend aussi de la situation avec Adrien Rabiot et Lassana Diarra", très peu utilisé par Tuchel et actuellement indisponible en raison d'un pépin à un genou. "Peut-être qu'on a besoin de deux maintenant. C'est mathématique." 


Une manière pour le coach de rappeler à ses dirigeants qu'il n'est prêt à aucune concession cet hiver. Le recrutement d'un milieu (Frenkie de Jong ?) s'annonce vital pour le PSG afin d'envisager sereinement la suite de la saison. D'autant que, sauf énième rebondissement improbable, le départ de Rabiot n'est désormais plus qu'une question de mois, voire de semaines.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le mercato hivernal 2019

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter