Mercato : que vaut Abdou Diallo, le nouveau défenseur central du Paris Saint-Germain ?

Football
PORTRAIT - Ce mardi, le Paris Saint-Germain a officialisé la venue d'un nouveau défenseur central, Abdou Diallo. A 23 ans, le Français a fait son trou en Allemagne, à Mayence puis Dortmund, pour s'affirmer comme un des défenseurs les plus prometteurs de Bundesliga.

Après Herrera, Sarabia, Bakker et Bulka, le Paris Saint-Germain a officialisé ce mardi l'arrivée d'Abdou Diallo, jeune défenseur central français, en provenance du Borussia Dortmund. Le stoppeur de 23 ans a signé un contrat de cinq ans avec le club de la capitale, moyennant une somme légèrement supérieure à 30 millions d'euros, selon Le Parisien. Le magazine allemand Kicker évalue, lui, la transaction à 32 millions d'euros. 


Alors que le Néerlandais de l'Ajax Amsterdam Matthijs de Ligt était pressenti en début de mercato, c'est finalement Diallo qui vient compléter la ligne défensive parisienne, déjà composée de Marquinhos, Thiago Silva et Presnel Kimpembe, sans compter le polyvalent Thilo Kehrer.

La Belgique pour faire ses armes

Arrivé l'an dernier au sein du club de la Ruhr pour un montant de 28M€, le natif de Tours a vite gravi les échelons depuis ses débuts en professionnel en décembre 2014 avec l'AS Monaco, face à l'Olympique de Marseille (ndlr : victoire 1-0). Au sein du club de la Principauté, le jeune joueur va être confronté à une forte concurrence en équipe première, avec notamment les présences des expérimentés Ricardo Carvalho, Andrea Raggi, Aymen Abdennour et Jérémy Toulalan. 


En 2014-2015, Diallo dispute seulement 13 rencontres toutes compétitions confondues, dont cinq en Ligue 1. Un temps de jeu trop pauvre pour poursuivre sa progression. A l'été 2015, il est prêté au club belge de Zulte Waregem et s'impose rapidement dans le onze de départ, jouant 27 matchs de Jupiler Pro League.

Un avenir bouché à Monaco

Le défenseur d'1m86 revient à Monaco lors de l'exercice 2016-2017, celui du titre de champion et de la fantastique épopée en Ligue des champions, mais ne parvient toujours pas à faire son trou dans la rotation, avec seulement 11 matchs joués toutes compétitions confondues, étant confronté à l'inamovible paire Jemerson-Glik dans l'axe. 


En novembre 2017, le jeune footballeur confiait à L'Equipe : "J’ai joué la carte à fond. Mais je me disais : "Je n’ai pas l’impression qu'on veuille absolument que ça passe pour moi." Jardim ne me voyait pas de manière négative, mais ne me percevait sans doute pas comme un mec prêt tout de suite."

Un exil payant outre-Rhin

Il décide alors de s'exiler en Allemagne à l'été 2017, rejoignant Mayence pour un montant de 5 millions d'euros. Pari gagnant puisque le Tricolore va d'emblée s'installer comme un titulaire à part entière, brillant dans l'axe de la défense mais aussi au poste de latéral gauche. Au terme d'une première saison pleine outre-Rhin (27 matchs de Bundesliga, 3 de DFB-Pokal), Diallo, malgré un intérêt de l'OL, file au Borussia Dortmund contre 28M€, pour remplacer le Grec Sokratis Papastathopoulos, parti à Arsenal contre 16 millions d'euros.


Comme à Mayence, Diallo va donner entièrement satisfaction à son coach, Lucien Favre, à la fois en tant que défenseur central au côté du Suisse Manuel Akanji qu'en tant qu'arrière gauche, où sa qualité technique et de relance est très précieuse. Une polyvalence chère à Thomas Tuchel, le coach parisien. Avec le BVB, il a disputé 28 matchs de Bundesliga, 3 de DFB-Pokal et 7 de Ligue des champions.

Taulier et jusqu'ici capitaine de l'équipe de France Espoirs avec 16 sélections, Diallo n'a pas participé au récent Euro Espoirs en Italie, qui a vu les Bleus éliminés en demi-finales, en raison d'une opération pour des raisons "non liées au sportif". Au début du mois, Diallo répondait à un éventuel intérêt du PSG dans une interview à L'Equipe : "Un jeune joueur en Europe qui vous dit que le projet du PSG n’est pas intéressant, il n’est pas crédible. C’est un beau projet." Un projet auquel il va donc participer.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter