Mercato : que vaut Juan Bernat, le nouveau latéral gauche du PSG ?

Football
FOOTBALL – Juan Bernat va s’engager pour trois ans avec le PSG. Focus sur le latéral gauche espagnol du Bayern Munich, apprécié de Pep Guardiola mais délaissé par les trois entraîneurs qui ont suivi.

Thomas Tuchel avait fini par laisser transparaître son inquiétude. Il y a deux semaines, l’entraîneur allemand du PSG avait déclaré : "On va recruter des joueurs." Mais samedi, après la victoire face à Angers (3-1), il se montrait moins optimiste : "J’espère que le mercato n’est pas terminé pour nous." Il ne l’était pas. Lundi, Gonçalo Guedes a été vendu à Valence contre 40 millions d’euros. Et forte de ce pécule, la direction parisienne s’est penchée sur le besoin le plus urgent du coach, un latéral gauche. Elle a finalement jeté son dévolu sur Juan Bernat, pour une quinzaine de millions d’euros.

Les suiveurs attentifs de la Ligue des champions se souviennent que, du temps où il entraînait le Bayern Munich (de 2013 à 2016), Pep Guardiola, qui l’a fait venir de Valence, son club formateur, affectionnait particulièrement ce joueur polyvalent et virevoltant, capable de jouer à tous les postes du flanc gauche. L’entraîneur catalan l'avait même, parfois, repositionné en défense centrale. C’était alors le sommet de la carrière de l’Espagnol, aujourd’hui âgé de 25 ans.

Car depuis, les choses se sont nettement gâtées pour lui en Bavière. Trois entraîneurs se sont en effet succédé après le départ de Guardiola pour Manchester City -Carlo Ancelotti, Jupp Heynckes et Niko Kovac. Et tous ont fait de Bernat un 3e choix au poste d’arrière gauche, derrière David Alaba (milieu de formation) et Rafinha (arrière droit de formation). A noter cependant que son temps de jeu avait commencé à baisser lors de la dernière saison de "Pep".

Autre indicateur n’incitant pas à l’optimisme : l’Espagnol s’est beaucoup blessé (onze fois) ces trois dernières années. Essentiellement des déchirures musculaires liées à un manque d’entraînement. En cumulé, elles lui auront fait manquer 42 matchs. En parallèle, Bernat en a tout de même disputé 65, mais pas les plus importants. Sa dernière blessure est récente, puisqu’elle date du mois de mai. Elle l’avait laissé sur le carreau durant deux grosses semaines. Cette saison, il n’a pas encore disputé le moindre match officiel, restant sur le banc lors du premier tour de la Coupe d’Allemagne et la Supercoupe, tandis qu’il n’était même sur la feuille de match de la première journée de la Bundesliga. 

Avantage considérable

Mais Thomas Tuchel a néanmoins tenu à le recruter, parce que moins cher (15 millions d’euros contre 30) et plus jeune (25 ans contre 33) que Filipe Luis, l’autre cible du PSG. Surtout, l’Espagnol présente un avantage considérable aux yeux du coach allemand : il a déjà joué, sous Guardiola, piston gauche d’une équipe à trois défenseurs centraux, organisation qu’il compte mettre en place à Paris.


Sachant que Layvin Kurzawa continue de traîner de rédhibitoires douleurs au dos, la nouvelle recrue devra être opérationnelle très vite. Une sorte de quitte ou double pour le club parisien.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Mercato estival 2018

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter