Mercato : le onze des meilleurs joueurs libres (et donc gratuits) cet été, qui a de quoi faire saliver les clubs de Ligue 1

Football
FOOTBALL - À la fin du mois de juin, ils n’auront plus d’employeur mais ne devraient pas rester au chômage trop longtemps. Eux, ce sont les onze joueurs sélectionnés par LCI parmi tous ceux dont le contrat expire cet été, et qui pourront donc être recrutés sans devoir payer la moindre indemnité de transfert. Une équipe pour le moins alléchante.

C’est Noël en été ! Comme à l’accoutumée, plusieurs joueurs de football professionnels vont se retrouver sans contrat quand le mercato estival ouvrira ses portes, en l’occurrence le 11 juin prochain pour ce qui est de son édition 2019. Des joueurs présentant l’avantage de pouvoir être recrutés sans devoir verser d’indemnité de transfert, mais généralement d’un standing moindre que celui des hommes ayant vu leurs contrats verrouillés par leur employeur. On écrit "généralement" parce que, cette année, il y a du plus beau linge que d’habitude. Jugez plutôt, à travers ce onze composé par nos soins.

Gardien

David de Gea (Manchester United)

Il est l’un des meilleurs portiers au monde, celui que le grand Real Madrid a vainement tenté d’arracher à Manchester United à plusieurs reprises, et qui, depuis, aligne les prestations de classe avec une infaillible régularité chez les Red Devils. Lesquels ont fait le forcing, ces derniers mois, pour prolonger son bail, mais se sont heurté à la gourmandise salariale de l’Espagnol. La rumeur l’envoie avec insistance du côté du PSG, si Gianluigi Buffon (lui aussi en fin de contrat) n’est pas conservé.

Défenseurs

Filipe Luis (Atlético de Madrid)

L’été dernier, il avait demandé à ses dirigeants de quitter la capitale ibérique pour celle de la France. Mais le latéral gauche international s’était vu opposer une fin de non-recevoir, et a dû disputer l’exercice actuel dans l’ombre de Lucas Hernandez. Résultat : il a sagement attendu la fin de son bail, et le voici libre de s’engager où bon lui semble. Le PSG est (encore) sur les rangs. Barcelone, aussi.

Joao Miranda (Inter de Milan)

Il est ce défenseur central brésilien qui avait poussé le capitaine Thiago Silva vers le banc de touche de la Seleção. Dur sur l’homme, relanceur doux et maître des airs, Miranda a aujourd’hui 34 ans, ce qui a conduit son club à ne pas prolonger son contrat. Son avenir balancerait aujourd’hui entre l’Atlético de Madrid et l’AS Monaco, qui l’avait déjà approché en janvier.

Diego Godin (Atlético de Madrid)

Les années ont beau passer, elles ne semblent pas avoir de prise sur le talent et la rage de vaincre de l’Uruguayen, véritable symbole de l’âge d’or de l’Atlético ces dernières années. Mais à 33 ans, et après neuf ans de bons et loyaux services à Madrid, le parrain de la fille d’Antoine Griezmann a décidé de tourner la page. L’Inter de Milan lui fait les yeux doux depuis un moment...

Dani Alves (Paris Saint-Germain)

La fin de saison apocalyptique du PSG a au moins eu un bienfait : elle a démontré que, dans la tempête, l’ex-latéral droit de la Juventus et du Barça reste un de ces rares hommes qui surnagent, malgré ses 36 ans bien tassés. Paris lui a déjà proposé une prolongation, mais le Brésilien préfère attendre de savoir si "avec les dirigeants, on est sur la même longueur d’onde", a-t-il récemment indiqué à ESPN. Proche de le recruter en 2017, Manchester City pourrait bien revenir à la charge.

Milieux

Franck Ribéry (Bayern Munich)

Il était convaincu de pouvoir encore rendre service à son club pendant une saison, mais ses dirigeants, désireux d’acter la fin de cycle de son effectif, ne l’ont pas entendu de cette oreille. "Je n'ai pas encore de plan concret pour la prochaine saison. Je vais continuer à jouer mais rien n'est encore sûr à 100%", a-t-il expliqué. Un retour en Ligue 1 est-il envisageable ? "Pas du tout", a sèchement répondu l’ailier de 36 ans à Téléfoot. Au regard de ses exigences salariales, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et surtout le Qatar seraient les destinations les plus probables.

Adrien Rabiot (Paris Saint-Germain)

En conflit ouvert avec sa direction, qui l’a mis au placard et l’a sanctionné financièrement pour des motifs prêtant à débat, le Titi parisien aperçoit enfin la lumière au bout de son chemin de croix. Étant donné son âge (24 ans) et sa marge de progression potentielle, même sa réputation sulfureuse n’a pas empêché les mastodontes du football européen de proposer de l’accueillir. On peut citer, pêle-mêle : Manchester United, le FC Barcelone, Tottenham, le Real Madrid... Excusez du peu.

James Milner (Liverpool FC)

Si le grand public a pris l’habitude de le voir disputer avec hargne et panache, ces deux dernières saisons, les plus gros chocs de la Ligue des champions, il ignore peut-être que l’Anglais de 32 ans ne sera pas conservé par les Reds, soucieux d’accorder plus de temps de jeu à leurs (trop) nombreux milieux de terrain. Pour l’heure, un seul club s’est positionné : le Leeds United de Marcelo Bielsa... qui évolue en L2 anglaise.  

Arjen Robben (Bayern Munich)

Il a longtemps été, mais ne sera plus à partir de cet été, le pendant droit (et gaucher) de Franck Ribéry en Bavière. Il est désormais, à 35 ans, libre comme l’air. Les États-Unis l’attirent, pas la Chine, dit-il. Leicester City, en Premier League, s’est déjà proposé pour l’accueillir, mais lui ne sait pas encore trop quoi faire... Une certitude : si les blessures continuent de le polluer, il partira aussitôt à la retraite.

Attaquants

Hatem Ben Arfa (Stade Rennais)

Après deux années perdues au PSG, l’enfant terrible du football français s’est refait une santé, cette saison, du côté de Rennes. Mais, la semaine dernière, il a déclaré qu’il était "orienté par le jeu" pour choisir son futur club, estimant celui de son équipe actuelle "limité"... Il ne s’en cache pas : il rêve d’Espagne. Et il se murmure que le Séville FC a de bonnes chances d’emporter ses faveurs.

Mario Balotelli (Olympique de Marseille)

Après une luxueuse pige marseillaise de six mois, plutôt réussie sur le plan individuel (8 buts en 12 matchs), moins sur le plan collectif, le fantasque attaquant italien ne sait pas de quoi demain sera fait pour lui. L’OM aimerait le conserver mais, sans compétition européenne à l’horizon, le club phocéen pourrait ne pas en avoir les moyens. Fenerbahçe, en Turquie, lui aurait déjà proposé un contrat, mais l’intéressé rêve plutôt d’un retour en Italie, et plus particulièrement à Brescia, la ville où il est né, dont le club a récemment obtenu sa remontée en Serie A. Pour cette destination spécifique, l’attaquant a fait savoir qu’il consentirait à un effort financier conséquent.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter