Mercato : sacrés champions du monde il y a un an jour pour jour, quelle est la cote des 23 Bleus aujourd’hui ?

Football

Toute L'info sur

Coupe du monde de football 2018 en Russie

FOOTBALL – Ce lundi 15 juillet 2019 marque le premier anniversaire de la victoire en Coupe du monde de l’équipe de France de Didier Deschamps. À cette occasion, focus sur le bilan sportif de la saison qui a suivi, à travers la cote des 23 Bleus sur le marché des transferts.

C’était il y a un an, jour pour jour, et cet anniversaire-là, si l’on est français, ne peut qu’être joyeux. Surtout pour les 23 heureux élus alors inclus dans la liste du sélectionneur, Didier Deschamps. Mais une année, à l’échelle d’une carrière de footballeur professionnel, c’est très long et, tandis que l’eau a vite coulé sous les ponts, ils n’étaient plus que 12 champions du monde du 15 juillet 2018 à Moscou à avoir été convoqués au dernier rassemblement des Bleus, le 21 mai dernier. Signe que les lignes, et les statuts, ont bougé, au gré des méformes, des blessures et des choix d’entraîneur en club. Passage en revue de ces évolutions, à travers la valeur supposée de ces joueurs sur le marché des transferts.

Adil Rami ? Ça fait un petit moment qu’il n’est plus footballeur.Didier Deschamps en mars

Ils ont pris de l’envergure

Après avoir disputé celle du Mondial, Hugo Lloris a pris part, cette saison, à la finale de la Ligue des champions, contribuant, par ses arrêts de classe, à hisser son équipe de Tottenham jusqu’à ce sommet pour la première fois de son histoire. S’il y avait encore un doute, le voici désormais unanimement considéré comme l’un des tous meilleurs gardiens de but au monde, ce qui a eu pour effet de gonfler son prix potentiel d’un bon tiers, jusqu’à 30 millions d’euros aujourd’hui.


Paradoxalement, si Benjamin Pavard et Lucas Hernandez ont connu un exercice 2018-19 compliqué, la faute à la relégation de Stuttgart pour l’un et à trois blessures au genou consécutives pour l’autre, ils ont tous deux débarqué cet été au Bayern Munich pour respectivement 35 et 80 millions d’euros, ce qui suffit à résumer l’explosion de leur cote en un an.

Antoine Griezmann vient, lui, de quitter l’Atlético de Madrid pour le FC Barcelone dans un bruit de vaisselle cassée et d’intégrer l’équipe de Lionel Messi en tant que star, les 120 millions d’euros dépensés pour le recruter apparaissant comme une très bonne affaire. Quant à Kylian Mbappé, son rival dans la course au dernier Ballon d’or, il vient de signer sa saison la plus impressionnante en termes de statistiques au PSG (39 buts en 41 matchs). Aucun joueur ne vaut plus cher que lui en 2019.


Enfin, si Alphonse Areola a dû partager sa cage avec Gianluigi Buffon à Paris cette saison, le club de la capitale a invité l’Italien à se ranger derrière le jeune Français, ce qui a provoqué son départ. Le portier parisien a, en outre, joué deux matchs entiers avec les Bleus et fait forte impression, ce qui a fait grimper sa valeur de 15 à 20 millions d’euros. Tandis que N’Golo Kanté, estimé à 75 millions l’an passé, coûte désormais plus de 100 millions. Le prix d’une régularité sans faille.

Ils stagnent

Les deux premiers jeunes lancés dans le grand bain, en 2013, par Didier Deschamps, Raphaël Varane et Paul Pogba, n’ont pas de raison d’être mécontents de leur saison, mais pas de raisons d’être particulièrement contents non plus. Et si le second nommé espère quitter Manchester United cet été, son prix, demeuré fixé à 100 millions d’euros, semble repousser d’éventuels acheteurs. Olivier Giroud, lui, est enfin devenu titulaire à Chelsea, mais c’est autant dû aux contre-performances de ses concurrents en attaque qu’à l’interdiction de recrutement qui frappe son club.


"Pour moi, il est meilleur que Neymar", a récemment déclaré le président du FC Barcelone au sujet d’un Ousmane Dembele toujours coté à 100 millions d’euros, mais dont les fulgurances cachent mal une irrégularité et une indiscipline chroniques. Blaise Matuidi reste, lui, un titulaire indéboulonnable à la Juventus, mais les arrivées récentes à Turin d’Aaron Ramsey et Adrien Rabiot, deux concurrents directs, dessinent quelque chose comme une fin de cycle, qui reste néanmoins à voir. Enfin, notons que Florian Thauvin coûte un peu moins cher qu’il y a un an (45 millions d’euros, contre 50 en 2018), mais soulignons que l’OM, dans sa globalité, est plus à mettre en cause que ses performances individuelles. Le sélectionneur, en tout cas, continue de lui faire confiance, jusqu'à l'avoir titularisé par deux fois en 2019.

Ils ont perdu de la valeur

Les deux défenseurs centraux gauchers de l’équipe de France sacrée en 2018, Presnel Kimpembe et Samuel Umtiti, accusent le coup. Le premier a enchaîné les contre-performances à Paris et le second les blessures à Barcelone. Tous deux peuvent, en conséquence, s’inquiéter pour leur temps de jeu la saison prochaine. Et ne parlons pas du quatrième défenseur central de la liste, Adil Rami, en passe d’être licencié par l’OM en raison de son comportement sur et en dehors des terrains. "Ça fait un petit moment qu’il n’est plus footballeur", avait lance à son sujet Didier Deschamps dès le mois de mars. Un sélectionneur qui, dans sa dernière liste, a choisi de se passer des services de Steve Mandanda, qui sort de "la pire saison de [sa] carrière" (on cite le principal inétressé) avec le club phocéen. Clairement, à 34 ans, cela sent la fin pour le portier.


Thomas Lemar devait franchir un palier en quittant Monaco pour l’Atlético de Madrid juste après la Coupe du monde. Mais le Guadeloupéen n’est pas parvenu à s’y imposer et lui qui avait coûté 72 millions d’euros aux Colchoneros en 2018 n’en vaut plus que 40 aujourd’hui. Corentin Tolisso, lui, a carrément disparu des radars au Bayern Munich, en raison d’une rupture des ligaments croisés l’ayant laissé sur le carreau durant plus de huit mois. Tout est donc à refaire pour lui. Comme pour Steven Nzonzi, devenu indésirable du côté de l’AS Rome, et qui cherche à rebondir en Ligue 1. En vain, pour l’heure.

Un peu plus d’un après son transfert avorté à Liverpool, Nabil Fekir reste déterminé à quitter l’OL, mais seuls Valence, le Séville FC et un club chinois se sont récemment positionnés, signe d’une énorme décote sur le marché. Même chose pour le Monégasque Djibril Sidibé qui, à force d’enchaîner les pépins physiques, a vu sa valeur dégringoler de 25 à 15 millions d’euros en un an, et n’est plus convoqué, depuis, par Didier Deschamps. Enfin, Benjamin Mendy ne coûte plus 60 mais 35 millions d’euros. Le latéral gauche était blessé durant le Mondial russe. Il l’est ensuite resté durant presque toute la saison, et ne prendra pas part à la tournée estivale de Manchester City. Son club envisagerait désormais de rompre son contrat.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter