Mercato : si Loïc Rémy n'est pas allé à Leicester, c'est parce qu'il y avait trop de vent !

Football

(NON) TRANSFERT - Sky Sports révèle ce mardi pourquoi Loïc Rémy n'a pas pu quitter Chelsea pour Leicester durant les dernières heures du mercato d'hiver, malgré l'accord des trois parties.

L'expression "se prendre un vent" vient de prendre tout son sens. En effet, si Loïc Rémy n'a pas pu rallier Leicester en prêt, lundi, ce n'est pas en raison d'un refus de son club de Chelsea. Au contraire, les Blues étaient même plutôt disposés à laisser l'attaquant français aller chercher du temps de jeu ailleurs pour mieux en accorder à leur nouvelle recrue, le Brésilien Pato, tout en se mettant bien avec les Foxes de James Vardy, qu'ils espèrent bien acheter l'été prochain. Non, si Loïc Rémy n'a pas pu aller à Leicester, c'est à cause... du vent. Littéralement.

L'affaire de quelques heures

La chaîne anglaise Sky Sports nous apprend ce lundi que les dirigeants de Chelsea avaient bien donné son accord pour un prêt de l'international tricolore, mais seulement dans les dernières heures de la journée de lundi, jour de clôture du mercato hivernal. Mal leur a pris : pour cause de trop grosses bourrasques entre Londres et la région des Midlands de l'Est, aucun avion n'a pu décoller dans la soirée et le conduire sur place à temps, ce qui a tout fait capoter l'affaire.

À LIRE AUSSI >> Quand une visite médicale empêchait Loïc Rémy de signer à Liverpool

On est évidemment tenté de plaindre l'intéressé, dont la déveine risque bien de lui faire rater le train menant à l'Euro 2016 (Didier Deschamps privilégiera sans doute un attaquant qui aura plus joué que lui). Mais en même temps, on ne peut pas s'empêcher de penser à la chanson Le vent de Georges Brassens , dans laquelle le poète déclamait : "Bien sûr, si l'on ne se fonde / Que sur ce qui saute aux yeux / Le vent semble une brute raffolant de nuire à tout le monde / Mais une attention profonde / Prouve que c'est chez les fâcheux / Qu'il préfère choisir les victimes de ses petits jeux." On vous laisse méditer là-dessus.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter