Monaco enfonce l'OM

Monaco enfonce l'OM

Football
DirectLCI
LIGUE 1 - Même privée de Falcao, l'AS Monaco n'a pas fait de détails, dimanche soir à Louis II, venant facilement à bout d'un OM aux abois (2-0). Sans doute un tournant de la saison : tandis que les hommes de Ranieri reviennent dans la roue du PSG, ceux de José Anigo s'apprêtent, eux, à vivre des prochaines semaines aussi longues que pénibles.

L'occasion était trop belle. Alors Monaco, opposé à un OM plus fébrile que jamais, ne l'a pas laissée filer, s'imposant (2-0) dimanche soir et revenant ainsi à trois petits points du leader parisien. L'ironie de l'histoire, c'est que le club phocéen avait dépensé 41,5 millions d'euros l'été dernier pour se renforcer en attaque et justement tenir tête à l'ambitieux promu monégasque. Mais en voulant répondre aux critiques sur la stérilité de son jeu, Marseille a oublié que c'est sa seule solidité défensive qui lui avait permis de finir 2e la saison passée. Déjà un lointain souvenir...

Semaine noire pour l'OM

Car dimanche soir au stade Louis II, il n'y a pas eu photo un seul instant. C'est désormais une habitude : à force de vouloir mettre la pression dans le camp adverse, les Olympiens ont ouvert de véritables boulevards dans leur dos, obligeant Mandanda à multiplier les exploits devant son but pour retarder l'échéance. Bien que privée de son buteur star, Radamel Falcao, jusqu'à la fin de la saison , l'ASM, de con côté, n'a pas souffert de cette absence. Et au bout d'un premier acte à sens unique, Germain efface Diawara d'un grand pont avant d'ouvrir le score d'une impeccable frappe du droit.

Au retour des vestiaires, rien ne change. Face à l'implication monégasque dans le travail défensif comme dans l'animation offensive, l'OM affiche même toutes ses carences, entre lenteur, indiscipline et suffisance. Dès la 57e, la messe est dite : depuis l'aile droite Kondogbia centre pour Rivière, qui contrôle tranquillement pour battre Mandanda de près. Ce même Mandanda, courtisé par Monaco l'été dernier (mais retenu par son club) et qui, samedi, assurait préférer "être critiqué dans le jeu et gagner les matches"... Éliminé des deux coupes en une semaine et distancé dans la course au podium de la L1, l'OM ne manquera pas de temps pour méditer là-dessus.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter