Monaco s'impose à Lyon grâce à un triplé... de l'arbitre

Monaco s'impose à Lyon grâce à un triplé... de l'arbitre

DirectLCI
LIGUE 1 - Faut-il qu'un arbitre commette au moins trois erreurs majeures dans un match pour que l'on échappe aux sempiternelles polémiques et débats sans fin sur le recours à la vidéo ? Au regard de ce qui s'est passé dimanche soir, après Lyon-Monaco (2-3), la question mérite d'être posée.

Il se passe parfois de drôles de choses en Ligue 1. Des choses qui rappellent que notre Championnat n'est pas devenu aussi prévisible qu'on voudrait nous le faire croire. On a ainsi vu, dimanche en fin d'après-midi, l'AS Monaco s'imposer (2-3) sur la pelouse de l'Olympique lyonnais grâce à pas moins de trois buts hors-jeu. Mais comme si cela n'était déjà pas assez extraordinaire, on n'a même pas entendu Jean-Michel Aulas, le président de l'OL, se plaindre comme à son habitude. Comble de l'inattendu, l'arbitre, Fredy Fautrel, a, en outre, volontiers reconnu et assumé ses erreurs.

"Trois buts sont entachés d'un hors-jeu. Nous nous sommes bien aperçus que nous avions commis des erreurs de jugement. C'est plus que dommageable. J'ai deux garçons très malheureux (ses assistants, ndlr) dans le vestiaire. L'arbitrage n'en sort pas grandi, a ainsi publiquement admis l'homme en noir. Prendre ces trois décisions, cela entraîne des frustrations, des réactions... Cela change le contexte du match aussi. Nous sommes attachés à faire au mieux et cela a rendu le match très difficile."

Fredy Fautrel : "Le recours à la vidéo n'est pas le débat de ce match"

Avant même cette sortie tout en autoflagellation de Fredy Fautrel, Jean-Michel Aulas, que l'on a toujours connu très véhément avec les arbitres jusque dans un passé (très) récent, avait, de toute façon, fait en sorte de contenir l'incendie. Et cela ne ressemblait même pas à une posture démagogique. Plutôt à l'expression d'une compassion sincère. Jugez plutôt : "Il est rare qu’il y ait trois erreurs de jugement dans un même match. Mais on sait que les arbitres travaillent dans des conditions difficiles. Je crois que c’est plus un problème de moyens humains. C’est un débat vieux comme le monde. Mais avec la vidéo, il n’y aurait eu aucun débat."

"Nous avons revu les images. Cela se joue à trente centimètres, a, de son côté, estimé Fredy Fautrel. Il suffit qu'il y ait un décalage de cinquante centimètres ou un mètre sur le démarrage d'un assistant et vous n'êtes plus sur la même ligne (que l'attaquant, ndlr). Forcément, le jugement devient biaisé. Le recours à la vidéo n'est pas le débat de ce match. Là, il y a une équipe arbitrale abattue. Jean-Michel Aulas a souligné que les jugements sont très compliqués. Il n'y a pas de polémique avec lui et je l'en remercie." On sait pourtant depuis l'Antiquité que l'erreur est humaine. Mais, malheureusement, en matière de football, il est souvent très utile de le rappeler.

Tous les buts hors-jeu (et les autres) de ce Lyon-Monaco (2-3) :

Plus d'articles

Sur le même sujet