VIDÉO - Mondial 2018 : tour d'horizon des 12 stades de la compétition

INFRASTRUCTURES - A sept mois du début du Mondial 2018, les douze stades tardent à pointer le bout de leur nez, alors que la date butoir est fixée à la fin du mois de décembre. En effet, seulement cinq enceintes sont à ce jour opérationnelles. Petit tour d'horizon de ces douze stades.

A plus de six mois du plus grand rendez-vous sportif de l'année 2018, la Coupe du monde de football, les autorités russes s'activent pour être dans les temps. À l'heure actuelle, sur les douze écrins prévus, seulement cinq sont totalement fonctionnels. 


Pour autant, la Fifa - rassurée par Vladimir Poutine - estime que la quasi-totalité des stades seront livrés avant le 31 décembre prochain. Mais quelles sont les caractéristiques de ces douze enceintes ? Petit tour d'horizon.

Loujniki, le joyau moscovite

C'est certainement la plus prestigieuse enceinte russe. Muni de 81.000 places et complètement rénové, le Loujniki, bâti sous le nom de stade Central Lénine, a ouvert ses portes le 31 juillet 1956. Il fut malheureusement le théâtre d'une bousculade meurtrière le 20 octobre 1982, lors de la rencontre opposant le Spartak Moscou au club néerlandais du FC Haarlem, causant la mort de 66 personnes. Plus récemment, l'enceinte a accueilli la finale de la Ligue des champions entre Manchester United et Chelsea, le 21 mai 2008, lors de laquelle les Mancuniens ont été sacrés champions d'Europe au terme d'une séance de tirs au but (1-1; 6-5 t.a.b). Conçue sans piste d'athlétisme avec des tribunes proches du terrain, le Loujniki accueillera la finale du Mondial le 15 juillet prochain.

La Saint-Petersbourg Arena, un chantier permanent

Située sur l'île Krestovski à l'ouest de Saint-Petersbourg, à l'emplacement de l'ancien stade Kirov, démoli en septembre 2006, la Saint-Petersbourg Arena peut accueillir 68.000 supporters et accueillera une demi-finale du Mondial ainsi que le match pour la 3e place. À condition que ce stade soit en bon état, les travaux longs de dix ans ayant été des plus laborieux, et le budget allègrement explosé. De plus, bien qu'inauguré en mars 2017, un chantier permanent semble s'y être installé avec notamment des installations électriques des plus précaires. L'enceinte a accueilli plus tôt dans l'année la Coupe des confédérations, remportée par l'Allemagne face au Chili (1-0).

La Spartak Arena, le stade le plus chaud de Russie

Bâtie en 2014 et d'une capacité de 45.000 places, la Spartak Arena, anciennement appelée l'Otkrytie Arena, accueille les rencontres du FK Spartak Moscou et du Spartak GM. Il est réputé pour son ambiance très chaude, la plus houleuse du pays. Elle l'est d'autant plus quand l'équipe nationale y joue.

La Kazan Arena, le joyau tatar

Inaugurée en 2013 et pouvant accueillir 41.585 spectateurs, la Kazan Arena a, à l'instar de la Saint-Petersbourg Arena, accueilli des rencontres de la Coupe des confédérations en juin dernier. Lors du Mondial, elle sera le théâtre de 6 rencontres, dont un quart de finale de la compétition. Situé en République du Tatarstan, le stade a coûté près de 465 millions d'euros.

Fisht, théâtre des JO de Sotchi

Nommé en l'honneur du mont Ficht, montagne du Caucase d'Adyguée, le stade Ficht a une capacité de 41.220 places et est situé dans la station balnéaire de Sotchi, sur les rives de la mer Noire et au pied du Caucase. De la même manière que la Kazan Arena, le stade Ficht accueillera six matchs de la Coupe du monde 2018, dont un quart de finale, et a également vu quelques matchs de la Coupe des confédérations s'y dérouler.  Dotée d’un toit transparent, l'enceinte a accueilli en 2014 les Jeux olympiques et paralympiques de Sotchi.

Volgograd Arena, sur les ruines de Stalingrad

Flambant neuf et semblable au "nid d'oiseau" de Pékin, la Volgograd Arena contient 45.000 places et accueillera quatre rencontres du premier tour de la Coupe du monde. Elle est située dans la ville anciennement appelée Stalingrad, qui avait subi la fameuse bataille du même nom, faisant 2 millions de morts et changeant la face de la Seconde guerre mondiale. Sa construction a coûté environ 475 millions d'euros.

Le stade de Nijni Novgorod, entre incidents et incendie

Conçu en 2015 pour une ouverture prévue pour ce mois-ci, le stade de Nijni Novgorod, qui va accueillir les rencontres du club du FK Volga Nijni Novgorod, a une capacité de 45.000 places. Plusieurs incidents ont émaillé sa construction, dont un incendie sans gravité en octobre dernier. Il est situé à la confluence des fleuves Volga et Oka, 400 km à l'est de Moscou.

La Rostov Arena, à la frontière de l'Ukraine

Future forteresse du FK Rostov, la Rostov Arena peut contenir jusqu'à 45.000 supporters et n'a pas encore accueilli son premier match officiel et aura l'occasion d'accueillir pas moins de cinq matchs du Mondial. Située non loin de la frontière avec l'Ukraine, à environ 60 kilomètres, l'enceinte a coûté près de 185 millions d'euros.

La Cosmos Arena, finie à temps ?

Conçue pour remplacer le stade Metalurg et ayant coûté la bagatelle de 270 millions d'euros, la Cosmos Arena fait l'objet de grandes inquiétudes, certains considérant qu'il ne sera pas achevé à temps. Doté de 44.000 places, le stade situé à 850 kilomètres de Moscou a vu ses travaux prendre un retard considérable. Un retard concédé par le directeur du comité d'organisation du Mondial Alexeï Sorokine, à l'AFP : "C'est vrai qu'il y avait des retards dans les travaux pour des raisons  techniques, mais la construction avance maintenant à plein régime et l'entreprise en charge des travaux nous a promis de rattraper le retard. Nous  sommes certains qu'au printemps, tous les matches test seront joués là-bas."

La Mordovia Arena, dans la plus petite ville du Mondial

Prévu pour être livré avant la fin du mois, la Mordovia Arena, dotée de 44.000 places, est située dans la plus petite ville participant au Mondial, Saransk, peuplée de 300.000 habitants. Une ville connue pour ses camps pénitentiaires et pour servir de domiciliation en Russie à Gérard Depardieu. Ce sera l'antre du FK Mordovia Saransk en remplacement du Start Stadium. Ses travaux ont coûté près de 252 millions d'euros.

L'Ekaterinbourg Arena, les tribunes de la peur

Maison du FK Oural Iekaterinbourg, le stade d'Ekaterinbourg, inauguré en 1957, peut contenir jusqu'à 35.036 spectateurs. Ce dernier avait beaucoup fait parler de lui après la publication de photos de ses deux tribunes temporaires, juchées sur d'impressionnants échafaudages n'inspirant pas confiance. Situé près des montagnes de l'Oural, à 1.500 km de Moscou, il sera le stade le plus oriental du Mondial 2018 et actuellement en rénovation, doit être livré à la fin du mois.

La Baltika Arena, entre la Pologne et la Lituanie

Pratiquement finie, la Baltika Arena aura la capacité d'accueillir près de 35.000 places lors du Mondial 2018, au cours duquel quatre rencontres vont s'y jouer. Situé à Kaliningrad, une enclave russe entre la Lituanie et la Pologne, le stade doit encore subir quelques travaux, notamment pour aménager les environs. Des travaux qui s'annoncent compliqués, l'enceinte ayant été construite sur un marécage.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Tirage au sort de la Coupe du monde 2018

Plus d'articles

Sur le même sujet