Décès de Louis Nicollin : ses "punchlines" mémorables

Football
DirectLCI
HOMMAGE - Loulou Nicollin, président du Montpellier Hérault Sport Club, est décédé ce jeudi 29 juin, victime d'un malaise cardiaque. Figure légendaire du paysage footballistique français, il était notamment connu pour ses sorties verbales souvent "fleuries". On vous a concocté un petit bouquet avec ses meilleures phrases (éloignez les enfants).

Le monde du football français a perdu l'un de ses principaux acteurs. Louis Nicollin, dit "Loulou" présidait aux destinées du Montpellier Hérault Sport Club depuis 1974 et est décédé des suites d'un malaise cardiaque. Il venait d'avoir 74 ans. 


Connu pour ne pas avoir la langue dans sa poche, il a balancé de nombreuses punchlines tout au long de sa carrière : joueurs, journalistes, entraîneurs... ils sont nombreux à voir essuyé le franc-parler, parfois un peu borderline, de "Loulou".

1. Les clubs

En 2010, le PSG termine le championnat à une médiocre 13e place... Loin derrière Montpellier, tout juste promu, 5e et qualifié pour l'Europe. Louis Nicollin n'a pas loupé l'occasion de chambrer le club de la capitale : "Je me mets à la place du président du PSG qui a un budget de je-ne-sais-pas-combien, quand il voit celui de Montpellier, il doit se poignarder le cul avec une saucisse le mec. Et encore avec une saucisse, ça ne fait pas trop mal...".


Deux ans plus tard, il devient champion de France devant ces mêmes Parisiens - alors rachetés par le Qatar - et se déclare vigoureusement fier de ses joueurs. Enfin "fier", c'est peu de le dire :  "Avec cette équipe, à 66 ans, je bande sec. Pas besoin de Viagra...". Quelques jours avant le titre, il espérait un résultat à Auxerre : "C’est fabuleux ! Un truc de fou… Et maintenant, un petit nul à Auxerre, et branlette espagnole !".


En 2009,  Montpellier prête son terrain à l'Olympique de Marseille, ce qui ne plaît pas aux supporters niçois... : "Ils m’ont fait rire les supporters niçois à nous dire qu’on était des suceurs de Marseillais. Mais on n’a jamais sucé les Marseillais. D’ailleurs, si on peut les niquer le 19 septembre, je serai heureux". Résultat, il perd quand même 4-2 contre l'OM.

2. Les entraîneurs

A l'hiver 2011, le PSG remplace Kombouaré par Carlo Ancelotti... Avant de perdre le titre quelques mois plus tard face à Montpellier. Et Loulou Nicollin avait eu du nez lorsqu'il avait commenté la venue de l'entraîneur italien. Dans son plus pur style : "Je préfère Courbis à Ancelotti ! Il faut être 'jobard' pour prendre ce type. S’il ne coûte pas cher ça va, mais 500 000 euros mensuels... Je crois rêver. Je ne vois pas ce qu’il a de plus. Il a gagné des titres mais il avait de la came. Les grands entraîneurs sont ceux qui gagnent des titres avec des demi-bons. Avec Courbis, on est monté en Ligue 1 avec des demi-mongoliens."


Pourtant, en 2009, il ne s'est pas montré tendre avec ce même Courbis  : "Moi les mecs qui font du cinéma, aux poubelles (il dirige une société spécialisée dans le ramassage et le traitement des déchets, ndlr) ça n'existe pas . (...) C'est pas les leçons d'un coach sans diplôme qui vont me faire quelque chose. Vous me cassez les couilles avec Courbis. Arrêtez un peu. Courbis, Courbis... Je ne suis pas remonté du tout, chacun baise sa femme comme il l’entend, il est en fin de contrat, il est en fin de contrat."

3. Les joueurs

En parlons de déclarations borderlines... En 2009, alors que son équipe vient de perdre 2-1 à Auxerre, il s'en prend violemment au milieu de terrain bourguignon Benoît Pedretti : "Pedretti a tout commandé sur le terrain, mais celui-là, quand il viendra à Montpellier, on va s'en occuper. Ce type est une petite tarlouze". Avant de s'excuser... à sa façon : "J'aurais dû le traiter de petit con ou de petite merde et ç'aurait bien été. Ils ne vont pas me faire un deuxième trou au cul. C'est moi qui paye à Montpellier."


En 2013, Montpellier est à la recherche d'un attaquant, et visiblement, Loulou n'est pas un grand fan de Djibril Cissé, qui cherchait un club : "Cissé ? Non pas question, je ne veux pas d'un gars qui fait le DJ à la Churascaïa ou au Café Joseph (Cissé a mixé dans des bars montpelliérains lors de la Fête de la musique, ndlr). Mais bon, c'est une reconversion comme une autre. Ce ne sera ni Cissé, ni personne".


Mais il a quand même eu un mot (un peu) gentil pour un autre joueur de Ligue 1, un Parisien qui plus est : "En Ligue 1 , le seul joueur qui m’impressionne vraiment c’est Jérémy Ménez du PSG. C’est dommage qu’il n’ait rien dans le ciboulot car il a un Pastore et un Hazard à chaque jambe."

En vidéo

Louis Nicollin s'auto-dément: "je quitterai ce club entre quatre planches"

Enfin, en 2014, de nombreuses rumeurs évoquent sa retraite... Qu'il ne prendra jamais. Il avait déclaré  : "C'est impossible que je quitte la Paillade. Je quitterai ce club entre quatre planches, c'est tout".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter