"Neymar était venu avec une ardoise et un feutre" : Thomas Tuchel raconte sa rencontre avec la star du PSG

"Neymar était venu avec une ardoise et un feutre" : Thomas Tuchel raconte sa rencontre avec la star du PSG

FOOTBALL – Thomas Tuchel, le tout nouvel entraîneur du PSG, a révélé ce dimanche soir le déroulé de son rendez-vous avec Neymar la semaine dernière. L’Allemand précise en outre que la star brésilienne n’a "pas besoin d’un traitement spécial".

Rappelons-le pour commencer : Thomas Tuchel, le tout nouvel entraîneur du PSG, a été choisi par l’Emir du Qatar, le propriétaire du club, contre l’avis du président Nasser Al-Khelaïfi, et contre celui de Neymar, qui exigeait la venue de Luis Enrique, son ancien coach à Barcelone. Réputé pour son autoritarisme et son intransigeance, le technicien allemand n’en est donc apparu que plus incompatible avec un joueur dont on dit qu’il n’en fait souvent qu’à sa tête. Voilà pour le contexte. Dans les faits, on ne sait pas encore comment tournera la relation entre les deux hommes, mais ce dimanche soir, l'entraîneur a raconté, avec un certain sens du détail, leur première rencontre. Ce qui donne de premières bases.

Toute l'info sur

Neymar la superstar du PSG

J’ai vu un sourire sur le visage de Neymar, et c’est ça que je veux.- Thomas Tuchel

"Je l’ai rencontré dimanche dernier. C’était un très bon rendez-vous, a en effet révélé Thomas Tuchel lors de sa toute première conférence de presse à Paris, dimanche 20 mai. C’est un artiste, un joueur exceptionnel, l’un des meilleurs au monde. Tous ces grands joueurs n’ont pas besoin de traitement spécial. Si on crée une structure pour qu’il s’exprime, on aura un joueur-clé pour nos conquêtes. Sinon, je l’ai trouvé très gai et très sympa. On a parlé de foot. Il était venu avec une ardoise et un feutre, alors forcément, j’ai dessiné et on a parlé tactique un bon moment. J’ai vu un sourire sur son visage, et c’est ça que je veux. J’ai beaucoup aimé notre discussion."

Lire aussi

Un peu plus tôt, l’Allemand a été interrogé sur son maigre palmarès (une Coupe d’Allemagne avec Dortmund en 2017) et l’illégitimité que cela pourrait constituer aux yeux de joueurs internationaux aux prétentions salariales XXL. "Dans mon expérience, les grands joueurs sont ceux qui travaillent le plus, les plus faciles à gérer. Ils connaissent les exigences du haut niveau. Donc je n'ai pas du tout peur des stars et des grands noms, a-t-il très calmement répondu. Alors oui, je n’ai gagné qu'un titre dans ma carrière, mais le PSG m'a fait comprendre qu’il ne cherchait pas un palmarès, plutôt un coach avec un style de jeu affirmé, donc on a tout de suite été sur la même longueur d’onde."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Éruption de la Soufrière à Saint-Vincent : des milliers d'évacuations dans la panique

Dîners clandestins : Brice Hortefeux plaide la bonne foi, Alain Duhamel se dit "piégé"

EN DIRECT - Le pic de la 3e vague atteint ? "Nous devons encore tenir", prévient Véran

Vacances confinées : ces Français qui trichent (sciemment ou sans le savoir)

Pourquoi le Chili se reconfine-t-il alors qu'il est le 3e pays le plus vacciné au monde ?

Lire et commenter