Nice-PSG : pourquoi le match se jouera ce dimanche à 13h

DirectLCI
FOOT BUSINESS - Dimanche, la rencontre opposant l'OGC Nice et le PSG pour le compte de la 30e journée de Ligue 1 est programmée à un horaire peu commun : 13h. Le but : séduire de plus en plus les téléspectateurs asiatiques, spécifiquement chinois.

Dimanche, les joueurs de l'OGC Nice et du Paris Saint-Germain s'affronteront à un horaire quelque peu inhabituel. En effet, pour le compte de la 30e journée de Ligue 1, les deux formations croiseront le fer à 13h, quand les autres matchs se disputent habituellement à 15h, 17h et 21h. Si cette pratique est hebdomadaire de l'autre côté de la Manche, en Premier League, mais aussi en Liga espagnole et en Serie A italienne, elle fait son apparition pour la première fois dans l'Hexagone. Quelles sont les raisons qui poussent la Ligue de football professionnel à avancer l'une de ses rencontres le dimanche ?


Lors du SPORTEM 2017, le salon européen du marketing sportif en mars 2017, le responsable du Développement International à la LFP, Gael Caselli, annonçait la couleur : "Si nous (la LFP) voulons être sérieux sur le marché chinois, on ne peut plus avoir des matches diffusés à 3 heures du matin." Une volonté affirmée donc de s'implanter en Chine, en diffusant à l'heure du "prime-time" un match du cador parisien (lorsqu'il est 13h en France, il est 20h en Chine). Initialement, le duel de stars Neymar-Balotelli avait beaucoup joué dans le choix de Nice-PSG. Finalement, seul le fantasque italien sera de la partie.

Le prochain Trophée des champions à Shenzhen

Cet intérêt du football français pour le marché chinois est loin d'être nouveau. Les initiatives dans ce sens se multiplient depuis quelques années. Le prochain Trophée des champions, opposant le vainqueur du championnat et celui de la Coupe de France, se jouera d'ailleurs à Shenzhen, en Chine, le 4 août prochain. Il s'était déjà déroulé à Pékin en 2014, donnant lieu à un succès du PSG face à Guingamp (2-0). 


Outre la Ligue, les clubs misent aussi beaucoup sur ce marché, en témoignent les récentes vidéos de l'OM et le flocage en mandarin du PSG en l'honneur du Nouvel An Chinois en février, ou encore ce partenariat de trois ans et demi signé cette semaine entre le club de la capitale et Desports, "une des agences leaders du marketing sportif en Asie". Le but : "Séduire de nombreux supporters et garantir plus de revenus sponsoring et commerciaux" en Chine, explique le PSG. Desports devient ainsi "le gestionnaire exclusif des droits de sponsoring et des droits de licence du PSG en Chine et à Hong Kong". "Nous avons de grandes et fortes ambitions en Chine, un grand pays et un marché crucial pour le club", souligne le président du PSG, Nasser Al-Khelaifi. En août dernier, en barrage de la Ligue des Champions face à Naples, l'OGC Nice avait aussi joué avec le logo de son sponsor "7 Days Inn", le groupe hôtelier chinois, écrit en mandarin. A noter que le club azuréen est également détenu majoritairement par le Sino-Américain Chien Lee et le Chinois Alex Zheng depuis juin 2016.

Ça va changer un peu nos habitudes mais ce n’est pas la fin du monde. Lucien Favre, entraîneur de l'OGC Nice.

Interrogé sur le sujet en conférence de presse vendredi, l'entraîneur de l'OGC Nice et principal concerné dimanche, Lucien Favre, ne s'est pas montré hostile à ce changement d'horaire : "Ça va changer un peu nos habitudes mais ce n’est pas la fin du monde. (...) C’est de la promotion, c’est du business, on n’échappe pas à ça, c’est clair, et c’est mieux pour ces pays, pour l’Asie. Les Espagnols jouent depuis des années à 12h30, les Anglais ont joué à ces horaires bien avant tout le monde." Le "Clasico" Barça-Real s'était d'ailleurs joué fin décembre à cet horaire de 13h, toujours pour conquérir le marché asiatique. 


A terme, l'objectif est effectivement de se rapprocher des revenus générés par les affiches espagnoles et anglaises. A titre de comparaison, la Ligue 1, actuellement en pleine négociation pour ses droits à l'étranger, espère une somme de 80 millions d'euros par an, quand les Britanniques récoltent pas moins d'1,3 milliard d'euros sur cette même période.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter