OL-PSG : parole à la défense !

OL-PSG : parole à la défense !

DirectLCI
LIGUE 1 - Le choc majuscule de ce dimanche soir entre l'OL et le PSG ne sera sans doute pas aussi spectaculaire qu'on pourrait le penser. Car les deux équipes ont récemment renoncé à leurs ambitions offensives pour mettre l'accent sur leur solidité. Avec un succès certain.

"C’est un match particulier : nous sommes juste derrière l'OL au classement et nous avons tous les deux besoin de gagner. Cela devrait donner une belle opposition, comme souvent dans ces cas-là. Les supporters devraient donc se régaler." Il ne faut pas croire tout ce que raconte Thiago Silva. Car le capitaine parisien, reconverti en VRP de la Ligue 1 pour l'occasion, n'ignore pas que Lyon sera privé de son meilleur buteur, Alexandre Lacazette , ce dimanche soir face à Paris. Ni même que Zlatan Ibrahimovic peine encore à retrouver son efficacité de la saison passée (il n'a plus marqué dans le jeu depuis le 6 décembre). Surtout, ces deux équipes ont enchaîné les bons résultats dernièrement en s'appliquant à fermer la baraque. Décryptage d'un renouveau essentiel, bien qu'au détriment du spectacle.

À Lyon, un équilibre à conserver
On a vite fait de résumer cet OL à son jeu chatoyant et à son statut de meilleure attaque de L1 (47 buts). Mais ce serait oublier que les Lyonnais n'ont plus encaissé de but depuis plus de six matches. Cette solidité nouvelle trouve son origine dans un travail quotidien ainsi décrit par l’entraîneur adjoint Bruno Génésio jeudi dans Le Parisien  : " Au fil du temps, on travaille sur des microdétails, dont cette animation défensive. Ce qui aide, c'est de toujours bosser dans le même système et d'avoir du temps entre les matches. Les postes défensifs demandent beaucoup de complémentarité. Certaines années, on n’a même pas pu aligner la même défense trois fois de suite."

Notons également l'excellente forme des joueurs concernés, comme Anthony Lopes, Samuel Umtiti, Maxime Gonalons et... Milan Bisevac, opéré du genou jeudi et qui restera sur le flanc six mois. Une absence qui risque de mettre à mal les automatismes développés ces derniers mois. "On peut compter sur Bako Koné. Il l’a déjà prouvé. Et Lindsay Rose a répondu présent lors de son entrée à Monaco (0-0 dimanche dernier) . La complicité de la nouvelle charnière sera primordiale", pointe encore Génésio. Sans concéder qu'il y a mieux qu'un match contre le PSG pour effectuer des essais.

À Paris, un arrière-goût de Brésil
Dimanche, à Lyon, le PSG alignera pour la troisième fois de rang une défense 100% auriverde. Cela se comprend : lors des deux derniers matches, le quatuor Maxwell-Luiz-Silva-Marquinhos a fait forte impression, n'encaissant pas le moindre but et permettant ainsi directement à l'équipe de Laurent Blanc de s'imposer par deux fois 1-0. Le repositionnement de Marquinhos a fortement solidifié l'ensemble , à un poste de latéral droit qui faisait jusqu'ici figure de maillon faible. Tandis que David Luiz, recruté cet été , a simplifié ses relances tout en se montrant toujours plus monstrueux dans les duels.

Mais la sérénité qui se dégage aujourd'hui de la défense parisienne provient surtout du retour en forme du capitaine. "Dernièrement, j'ai revu le Thiago Silva que j'ai connu à son arrivée à Paris, nous confiait son ex-partenaire Sylvain Armand juste avant de l'affronter lors de PSG-Rennes (1-0) . C'est d'une telle facilité de jouer à ses côtés. La Coupe du monde lui est restée en travers de la gorge. Physiquement et mentalement, il n'était pas au top . Mais il a su évacuer tout ça et a retrouvé son vrai niveau. C'est un phénomène." Et le discret Maxwell ? "Il reste le meilleur à son poste en L1, assure cet ancien arrière gauche. C'est quelqu'un d'intelligent, qui passe rarement au travers. Cette saison, sa régularité a beaucoup aidé l'équipe à obtenir des résultats." Ses deux buts et ses deux passes décisives aussi.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter