Olivier Giroud : "Ce serait mentir de dire que les sifflets ne m’ont pas touché"

Football
INTERVIEW – Très en verve sur le front de l’attaque des Bleus, vainqueurs de l’Ecosse (3-0) samedi soir à Metz, c’est un Olivier Giroud sur la défensive qui est venu répondre à nos questions après le match. Le n°9 de l’équipe de France, auteur d'un doublé, transpirait néanmoins la confiance et la sérénité. L’impatience de débuter l’Euro 2016, aussi.

C’est une belle victoire d’Arsenal ce (samedi) soir, non ?
(il sourit) On se l’est dit avec Lolo (Koscielny, l’autre buteur du match, qui joue aussi à Arsenal, ndlr). C’est un clin d’œil sympa. Surtout qu’il a fait du bon boulot derrière. Il s’est imposé en patron et il a été récompensé dans l’autre surface. C’est super.

Comment vivez-vous cette période où vous inscrivez au moins un but par match ?
Je suis sur une bonne série et, bien sûr, j’ai envie de la prolonger. Je bénéficie du bon travail de mes coéquipiers. J’essaie de finir les actions au mieux, tout simplement.

Le public messin vous a acclamé…
Qui n’aimerait pas ça ? Ca fait chaud au cœur de se sentir soutenu. Je ne m’étais pas non plus mis trop de pression par rapport à ce qui s’est passé à Nantes (une partie du public l’avait sifflé, ndlr). Ce sont des choses qui arrivent. Je suis sais faire la part des choses. C’est dans la tête, aussi, que ça se joue. Ce serait mentir de dire que ça ne m’a pas un peu touché. Mais j’ai su rebondir. La meilleure réponse, c’est le terrain. Maintenant, je crois que la France entière est derrière nous tous.

Êtes-vous impatient de débuter l’Euro ?
Oui, excité même. Ca fait un moment qu’on s’est regroupés, pour ma part depuis Biarritz (le 17 mai, ndlr). Le temps commence à être long. On a hâte que les choses sérieuses commencent, même si on a joué les matchs amicaux avec beaucoup de sérieux, n’allez pas me faire dire ce que je n’ai pas dit.

Comment éviter que la pression devienne négative ?
C’est vrai que ce sera totalement différent, chez nous, de ce que j’ai connu en Ukraine ou au Brésil ces dernières années. Il y a une énorme attente. Il va falloir bien la gérer. On s’est déjà facilité la tâche en préparant bien cet Euro, avec de bons matchs amicaux et beaucoup de fraîcheur dans notre jeu. On a rallié beaucoup de Français à notre cause. J’espère, presque tous, au moins. Là, pour l’instant, on va se reposer, savourer cette victoire, et puis se remettre au boulot dans notre bulle. Il va falloir bien étudier la Roumanie à la vidéo et se reconcentrer.

Le record de neuf buts dans un Euro, détenu par Michel Platini, c’est accessible pour vous ?
(rires) Ca va être compliqué, mais j’espère bien en inscrire le plus possible pour aider l’équipe à atteindre son objectif. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter