"Le mal de l'OM, c’était d’avoir un président aussi incompétent"... quand Michel fracasse Labrune

"Le mal de l'OM, c’était d’avoir un président aussi incompétent"... quand Michel fracasse Labrune

Football
DirectLCI
CLASH - Viré en avril dernier, l'entraîneur espagnol règle ses comptes avec l'ancien boss de Marseille.

Il n'est pas sorti de son silence pour rien. Plutôt discret depuis qu'il a été licencié pour faute grave dans les dernières semaines du Championnat la saison passée, Michel, qui avait pris la suite de Marcelo Bielsa mais sans les mêmes résultats..., fait à nouveau parler de lui. Et alors qu'il n'a pas retrouvé de club et que Vincent Labrune a quitté l'OM en vue du processus de rachat entammé par Frank McCourt fin août, le coach ibérique garde toujours une dent contre son ancien président. Comme en témoigne sa sortie sur les ondes de la radio espagnole Onda Cera mercredi matin. 

Un homme habitué à se retrouver dans des histoires louches"Michel, au sujet de Labrune

"En réalité, mon contrat n’avait pas été enregistré en bonne et due forme, a notamment expliqué Michel, affirmant devoir se déplacer régulièrement à Marseille dans le cadre du litige qui l’oppose toujours à l'OM. C’est un club dans lequel il y a souvent des problèmes, spécialement avec ce président (Labrune, donc, ndlr), un homme habitué à se retrouver dans des histoires louches […]. Le pire des choses que j’ai connu là-bas, c’était le président, qui d’ailleurs n’est plus là. Le mal de ce club, à ce moment-là, c’était d’avoir un président aussi incompétent". 

L'OM lui a notamment reproché de ne pas toujours porter le survêtement du club en conférence de presse

Revenant sur les conditions houleuses de son licenciement, l'ancien joueur du Real Madrid a aussi détaillé les faits qui lui ont été reprochés : "Ils ont ouvert une enquête pour mauvais comportement. Parmi les 10 points desquels on m’a accusé, il y a le fait que j’ai donné un jour de congé de trop aux joueurs et que je ne portais pas toujours le survêtement du club en conférence de presse". C'est vrai que ça ne se fait pas.

Lire aussi

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter