OM : Abou Diaby "ne se sent pas à l'aise" à l'entraînement selon Michel

Football
RETARD A L'ALLUMAGE – Abou Diaby ne fera pas partie du groupe concocté par Michel pour la réception de Lorient dimanche après-midi (14 heures). D'après l'entraîneur espagnol, le milieu de terrain français "ne se sent pas à l'aise" lors des séances collectives du club marseillais.

"Dis quand reviendras-tu ?" chantait Barbara. Cette chanson pourrait s'appliquer à merveille pour Abou Diaby qui n'a toujours pas foulé les terrains de Ligue 1 depuis sa signature cet été à l'Olympique de Marseille. Sujet à d’innombrables pépins physiques par le passé, le milieu de terrain français souhaite prendre son temps afin de revenir au top de sa forme, il avait été clair à ce sujet lors de son arrivée sur la Canebière.

"Il n'y a aucune date fixée pour son retour"

Après s'être longuement préparé individuellement, l'ancien joueur d'Arsenal a intégré cette semaine les séances collectives au centre Robert Louis-Dreyfus et ainsi effectué des entraînements plus poussés. Mais quand on s'appelle Abou Diaby, il en faut toujours plus, surtout quand on n'a plus touché le ballon en compétition officielle depuis 13 mois. Michel a notamment évoqué ce dossier épineux ce vendredi en conférence de presse et les difficultés auxquelles peut-être soumis le milieu de terrain âgé de 29 ans.

A LIRE AUSSI >> Retour imminent pour Abou Diaby ?

"Il n'y a aucune date fixée pour son retour, ce qui compte c'est sa tranquillité, sa santé", a-t-il tout d'abord lancé, ce qui entraîne par conséquent le forfait de la recrue marseillaise pour la réception de Lorient dimanche après-midi (14 heures). "Il est bien physiquement mais à chaque fois qu’il intègre le groupe, on voit qu’il ne se sent pas à l’aise, et nous préférons le sortir, afin qu'il suive son entraînement personnel. Ce n’est pas pareil que de s’entraîner tout seul. Il y a les duels, le ballon, il faut s’y réhabituer", explique le coach espagnol, qui a également demandé qu'on "laisse Diaby tranquille". Avec le temps, l'impatience guette. On était pourtant prévenus...

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter