OM-Atlético : des affrontements entre supporters et CRS sur le Vieux-Port, 21 interpellations à Lyon

OM-Atlético : des affrontements entre supporters et CRS sur le Vieux-Port, 21 interpellations à Lyon

DirectLCI
GOÛT AMER – A Marseille, quelques incidents ont émaillé la soirée marquée par la défaite de l’OM en finale de la Ligue Europa face à l’Atlético Madrid. A Lyon, où se disputait le match, les forces de l’ordre ont procédé à 21 interpellations.

Un voile grisâtre s’est abattu sur la cite phocéenne. Le voile, forcément, de la défaite de l’OM en finale de la Ligue Europa, terrassé par l’Atlético Madrid mercredi soir (0-3). Mais aussi celui des gaz lacrymogènes lancés par les CRS pour calmer des supporters excités disséminés près du Vieux-Port. Forcément frustrés de la tournure tragique de la rencontre, certains avaient défié les forces de l’ordre, jetant des bouteilles en verre, allumant des fumigènes et brûlant des poubelles. Assez pour entraîner la réplique policière. D’après La Provence, trois personnes ont été interpellées. 

A Lyon, où le match se jouait, la soirée a également été émaillée de quelques incidents. Selon l’AFP, 17 supporters marseillais présents dans les travées du Groupama Stadium ont été placés en garde à vue. 7 fans olympiens ont été arrêtés pour "utilisation de fumigènes", 4 pour des "violences aggravées" et 1 pour "intrusion" sur le terrain. 4 supporters ont par ailleurs été interpellés pour des dégradations et un dernier pour "rébellion". Des heurts sont également survenus dans le centre-ville de la cité rhodanienne où deux aficionados de l’Olympique lyonnais et un fan olympien ont été arrêtés. A noter enfin qu’un autre supporter lyonnais avait été interpellé plus tôt ce mercredi pour port d'arme.

En vidéo

Ambiance de folie sur le Vieux Port avant le match entre l'Om et l'Atletico Madrid

Finalement, les forces de l’ordre n’ont pas eu à affronter l’enfer mercredi soir. Elles s’attendaient pourtant au pire en raison des tensions exacerbées de ces dernières semaines entre Lyonnais et Marseillais. Pour contenir les débordements, 1250 policiers, gendarmes et CRS ont été déployés autour du stade et dans le centre de Lyon. Un dispositif "deux fois plus important que lors des matches de l'Euro 2016" et "multiplié par trois ou quatre" par rapport à un match de Ligue 1, selon les mots de Stéphane Bouillon, préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter