Fort en gueule et "grand professionnel" : la carrière en hauts et bas de "Tonton Pat" Evra

DirectLCI
PORTRAIT - L'OM et Patrice Evra, c'est fini. Après son coup de pied asséné à un supporter phocéen le 2 octobre dernier, le club a décidé, d'un commun accord avec le joueur, de mettre fin à son contrat. Si ce nouveau coup d'éclat pourrait sonner la fin de carrière du joueur de 36 ans, il est à l'image du personnage, sanguin et doté d'un fort caractère. Portrait.

C'est un personnage qui ne laisse personne indifférent. À 36 ans, Patrice Evra a connu un nouveau tournant dans sa carrière de footballeur professionnel ce vendredi, avec la décision de l'UEFA de le suspendre de toutes compétitions européennes jusqu'en juin 2018, suivie d'une rupture à l'amiable de son contrat avec l'Olympique de Marseille. En difficulté sportive ces derniers mois, le défenseur expérimenté a fait le geste de trop le 2 novembre dernier en assénant un coup de pied au visage d'un supporter marseillais lors de l'échauffement avant la rencontre opposant l'OM au Vitoria Guimarães. Un geste qui pourrait sonner la fin d'une carrière riche en trophées et en controverses.


Né le 15 mai 1981 à Dakar, d'un père sénégalais et d'une mère cap-verdienne, Patrice Evra est issue d'une famille nombreuse, comptant pas moins de 23 frères et soeurs. Passé par Bruxelles étant bébé, "Pat'" arrive en France à l'âge de trois ans et est élevé par sa mère aux Ulis, dans l'Essonne, comme un de ses coéquipiers en équipe de France, le meilleur buteur de l'histoire des Bleus : Thierry Henry. Après avoir fait ses gammes aux Ulis et à Brétigny, le jeune joueur, qui évolue au poste d'ailier gauche, effectue plusieurs essais au sein de clubs professionnels, notamment au Stade Rennais ou encore au Paris Saint-Germain, sans succès. Dans un entretien à France Fooball, un de ses amis d'enfance, Guy Niakaté revenait brièvement sur cet épisode au PSG : "Il y était allé une journée avec plein d’autres mômes. Sans grand espoir… et sans lendemain. Au contraire, le PSG reste plutôt un mauvais souvenir pour Patrice".

Monaco et Manchester United, l'âge d'or

C'est en Italie que le jeune Patrice va trouver refuge, où le SC Marsala, club de troisième division transalpine, lui fait confiance. Auteur de performances remarquées, ce dernier rejoint le Monza Calcio, en Série B, à l'été 1999. Une expérience qui restera brève et poussera Evra à revenir en France, plus précisément à l'OGC Nice, fraîchement relégué en deuxième division. Il prend alors son essor sous le maillot nissart et rejoint le rival monégasque en 2002. Il va y exploser : dans un effectif presque galactique, il remportera la Coupe de la Ligue en 2003 et sera de l'épopée extraordinaire en Ligue des champions, atteignant la finale avant de chuter face au FC Porto (3-0), après s'être offert les scalps de Chelsea et de l'immense Real Madrid.


Recruté en janvier 2006 par Manchester United, c'est sous les couleurs des Red Devils qu'il va garnir son armoire à trophées, glanant pas moins de cinq titres de champion d'Angleterre (2007, 2008, 2009, 2011, 2013) mais aussi une Ligue des champions en 2008, prenant le dessus sur Chelsea (1-1; 6-5 t.a.b). Le tout entouré de la crème de la crème du football européen, avec le portier néerlandais Edwin van der Sar, la charnière centrale Vidic-Ferdinand, Scholes, Giggs mais aussi et surtout une attaque de rêve composée de Wayne Rooney, Carlos Tevez et Cristiano Ronaldo.

L'affaire Knysna comme fardeau

Sous le maillot bleu, l'aventure sera plus compliquée. Titulaire sur le flanc gauche de la défense tricolore pendant de nombreuses années, Evra n'aura jamais marqué de son empreinte la liquette tricolore, en tout cas pas dans le bon sens. En témoigne sans doute le plus sombre épisode du football français, l'affaire Knysna. En pleine coupe du monde 2010, la France est au bord du gouffre, après une défaite contre le Mexique. Fuitent alors à la Une de L'Equipe les insultes proférées par Nicolas Anelka contre le sélectionneur Raymond Domenech. Révolté que le secret du vestiaire ait été éventé et par l'exclusion de l'attaquant, cap'taine Evra se met en quête de la "taupe" des Bleus et prend la tête de la tristement célèbre grève des Bleus.


Pris à partie par l'opinion publique et la presse, Patrice Evra n'hésite pas à répondre par l'attaque, notamment envers Lilian  Thuram, ancienne gloire des Bleus, qui demande sa radiation à vie des Bleus. "Il ne suffit pas de se balader avec des livres sur l'esclavage, des lunettes et un chapeau pour devenir Malcom  X", avait-il asséné. Les consultants Rolland Courbis et Luis Fernandez ne seront pas plus épargnés. "Quand on lui a donné les clés du PSG, à part sucer des Chupa Chups et danser la Macarena, je ne sais pas ce qu'il a fait", déclare-t-il en 2014 au sujet du second et le premier rebaptisé "Rolland Tournevis". Même tarif pour les "clochards" Bixente Lizarazu et Pierre Ménès. "Tous ceux-là, si tu mets (l'ex-secrétaire d'Etat) Rama Yade arrière gauche, ils vont dire qu'elle est meilleure qu'Evra",  cingle-t-il. Au printemps dernier, Evra en avait d'ailleurs remis une couche à l'encontre  de "Duarig" (Christophe Dugarry), "la seule personne au monde qui sait le nombre exact de poils pubiens que Zinédine Zidane a sur ses bijoux de famille".

En vidéo

"I Love This Game" : les meilleurs craquages de Patrice Evra sur Instagram

Un futur d'entraîneur ?

Derrière ses saillies particulièrement sévères à l'encontre de commentateurs du ballon rond, Patrice Evra a également le sens du "show". Depuis plusieurs mois, ses vidéos "I love this game" ("j'aime ce jeu"), sont devenues virales sur les réseaux sociaux, montrant le désormais ex-sociétaire de l'OM danser, chanter ou se déguiser à sa guise. Des vidéos qui finiront par se retourner contre lui, les supporters phocéens étant lassés de ses piètres performances sportives. 


"Entertainer", "grande gueule", Patrice Evra a surtout été un leader de vestiaire, précieux rôle que lui confiera jusqu'à l'Euro 2016 Didier Deschamps. Un statut qui amènera les jeunes talents français sous son aile, comme il l'a fait en Bleu avec Paul Pogba, qui le surnomme affectueux "Tonton Pat'". À Manchester United, il était d'ailleurs l'un des protégés du bouillant Sir Alex Ferguson, qui louait son professionnalisme et son esprit de compétition, lui prédisant même un futur d'entraîneur. "Je n'ai jamais eu aucun problème du tout avec Patrice. C'était un grand capitaine, un grand professionnel." Désormais libéré de son contrat avec l'OM, ce futur pourrait se dessiner plus rapidement que prévu pour le natif de Dakar.

Plus d'articles

Sur le même sujet