OM : Fabrice Olszewski ou l'homme qui parle à l’oreille d'El Loco

OM : Fabrice Olszewski ou l'homme qui parle à l’oreille d'El Loco

DirectLCI
FOOTBALL - C'est lui qui est chargé de livrer la substantifique mœlle des conférences de presse, toujours savoureuses, de Marcelo Bielsa. Tout sauf une mince affaire. A l’instar du coach argentin, surnommé "El Loco", son interprète s’applique à faire son job différemment. Portrait juste avant la réception de Reims, vendredi à 20h30.

Certains l’appellent Fabrice ‘El Loco’. Pour d’autres, c’est "Fabulous Fab"… Dans le petit monde des suiveurs de l’OM (journalistes, supporters, proches du club), Olszewski, cheveux longs et barbe hirsute, est en tout cas devenu quelqu’un.

Un personnage à part entière au sein de l’institution OM, à qui l'on demande désormais des autographes quand on croise sa grande silhouette (1,90 m) aux abords du centre Louis-Dreyfus. Au même titre que "Loca la glacière" , le facétieux traducteur a inspiré un compte parodique sur Twitter : @Senor_Traductor.

Mais, à l'instar du patron du Super U d'Yffinac, appelé en catastrophe pour traduire du Bielsa un soir de Guingamp-OM (0-1) , cette profession ne faisait pas vraiment partie du plan. Lui qui a notamment vécu à Santiago (Chili) où réside toujours sa fille, a rencontré Bielsa en 2008, à l'occasion du Tournoi de Toulon. 

Adepte de l'hispanisme

Engagé comme bénévole en tant que délégué-guide pour cette compétition qui réunit la crème des Espoirs du monde, Olszewski, surnommé "le Fox" par ses proches, doit faciliter les allées et venues de la sélection chilienne. Auprès du Français, Bielsa découvre alors le Sud de la France. "Fabrice était vachement proche des joueurs et du staff chilien. Ça m’avait interpellé, se souvient Romain Coupat, créateur du site sportif actusport83 , un proche de celui qui s'est improvisé traducteur. D’ailleurs peut-être que Bielsa l’a aussi pris avec lui pour son sens du relationnel. Franchement, j’ai découvert un mec bonnard qui aimait bien le foot mais qui, surtout, savait y faire avec les pros." 

Mais n’allez pas croire que le jeune homme soit pour autant un familier de l’ancien coach de Bilbao. "Avec Bielsa, c’est boulot, boulot et encore boulot. Il n’a pas le temps pour rigoler", souffle un ancien joueur argentin qui a échangé avec "El Loco" il y a quelques mois. La rigolade, elle s'invite plutôt quand Olszewski lâche un de ses désormais célèbres hispanismes. Du genre "gagner quand on est bien, c’est quand tous les 'condiments' (ingrédients) sont réunis" ou encore "ces arguments sont totalement irrelevantes" (irrecevables), ou encore le fameux "putain je vais encore passer à J+1 (une émission de Canal+, ndlr)", prononcé discrètement alors qu'il tentait de retranscrire toute la colère de Bielsa qui, dans la langue de Cervantès et le nez collé au micro, fulminait sur le cas Doria. Ça n'a pas manqué.

Le "festival del traductor" à partir de 5:05 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter