OM : le nouveau show médiatique surréaliste de Marcelo Bielsa

Football

FOOTBALL - Ce mardi, à la veille du déplacement de son Olympique de Marseille sur la pelouse du Stade rennais en 16es de finale de la Coupe de la Ligue, Marcelo Bielsa a encore pris les journalistes présents à contre-pied, prouvant que l'exercice de la conférence de presse, habituellement ennuyeux, peut offrir de perpétuelles innovations.

"Je préférais quand on avait de mauvais résultats et un être humain en face de nous. Quelqu'un qui nous parle sans même nous regarder, je trouve ça choquant", nous a confié un suiveur de l'OM parmi les plus assidus quand on lui a demandé son avis sur Marcelo Bielsa. Entre autres exploits, ce dernier a pourtant réussi à faire des conférences de presse un théâtre où son personnage peut donner sa pleine mesure, la pièce la plus mémorable restant la mise en cause publique de son président le 4 septembre. On peut trouver cela drôle. Ou pas. Mais notre confrère nous montre qu'El Loco ne laisse décidément personne indifférent. Sa dernière sortie, ce mardi, à la veille d'un déplacement à Rennes en Coupe de la Ligue, restera en tout cas, elle aussi, dans les annales.

C'est devenu une habitude mais cela reste singulier à l'échelle d'un sport où les entraîneurs cultivent le goût du secret au point de ne livrer leur composition d'équipe qu'au dernier moment : ce mardi, Bielsa a rendu public son onze de départ plus de vingt-quatre heures avant le match. Celui-ci a, en outre, la particularité de ne pas être strictement identique aux précédents, le technicien se livrant, pour l'occasion, à sa première revue d'effectif en match officiel. On sait donc déjà que Samba, Dja Djeje, Fanni, Nkoulou, Mendy, Lemina, Imbula, Alessandrini, Barrada, Ayew et Batshuayi débuteront la rencontre.

Bielsa : "À Lyon, j'ai commis des erreurs tactiques"

Une absence interpelle, celle de Doria, recruté cet été et considéré comme l'un des plus grands espoirs du foot brésilien. Le défenseur central crève d'envie de montrer sa valeur à un entraîneur qui avait déclaré publiquement ne pas avoir validé sa venue. Mais il prendra une nouvelle fois place sur le banc, lui qui n'a pas disputé la moindre minute sous le maillot de l'OM en match officiel. Et ce malgré le forfait de Morel. "Cette absence impliquait deux possibilités : soit Fanni, Nkoulou ou Sparagna comme central droit, soit Nkoulou, Doria ou Sparagna à gauche, a détaillé le coach, prenant encore une fois tout le monde de court. De ces trois options pour chaque position, je pense que la meilleure paire sera Fanni-Nkoulou, et je n’ai donc pas envisagé Sparagna ou Doria."

Rayon tactique, Bielsa est allé jusqu'à se livrer à une séance d'auto-flagellation quand fut évoquée la défaite (1-0) de dimanche à Lyon  : "J'ai commis des erreurs. Brice (Dja Djédjé) et Benjamin (Mendy) défendaient resserrés et, quand on récupérait le ballon, ils conservaient cette position intérieure. Le changement de marquage que j’ai imaginé en remplaçant Morel par Alessandrini n'a pas aidé à ce que les joueurs occupent comme il faut leurs postes alternatifs. Et je n’ai pas trouvé le schéma pour permettre à Gignac et Michy de jouer ensemble les 15 dernières minutes." Un mea culpa d'autant plus rare que l'entraîneur a ensuite demandé aux journalistes présents leur analyse de la rencontre. La preuve qu'il les considère au moins un peu comme des êtres humains.

Lire et commenter