OM : Marcelo Bielsa dézingue sa direction !

Football

FOOTBALL - Ses joueurs lui reprochent d'être insaisissable. Jeudi, pourtant, Marcelo Bielsa, le nouvel entraîneur de l'OM, s'est montré on ne peut plus clair sur les méthodes de recrutement de la maison phocéenne. Et elles ne lui plaisent vraiment pas. "El Loco" est agacé et ça se voit.

Faut pas le chercher, "El Loco". Avec un surnom pareil, l'entraîneur de l'OM, Marcelo Bielsa, est évidemment incontrôlable. Ceux qui l'adulent le savent, ceux qui découvrent ce qu'il a commencé à mettre en place à Marseille aussi. Jeudi, à la Commanderie devant la presse, il a sorti la sulfateuse.

Dans son viseur, son président, Vincent Labrune à qui il reproche "d'avoir pris des engagements qu'il savait depuis le début qu'il n'allait pas tenir". Puis avec une sincérité déconcertante, l'Argentin a taillé en pièces le recrutement estival de l'OM, sur lequel il a avoué ne pas avoir eu la main : "C'est lundi après-midi, au moment où il passait la visite médicale, que j'ai appris l'arrivée de Doria [le défenseur de l'équipe Espoir du Brésil, ndlr]. Je m'y suis opposé, raconte Marcelo Bielsa, mais je n'ai pas pu donner mon avis." 

Toujours le dernier prévenu

C'est ce même secret qui aurait entouré le départ du central Lucas Mendes, dont le technicien argentin a appris la vente... au moment où le joueur embarquait pour le Qatar. Ces cachotteries étonnantes ne sont vraiment pas du goût de ce "control freak" notoire qui, pour venir à l'OM, s'était vu promettre les pleins pouvoirs sportifs. Au final, "aucun joueur arrivé (Alessandrini, Doria, Barrada et Batshuayi, ndlr) à l'Olympique de Marseille ne l'a été à mon initiative. J'ai proposé douze options, aucune ne s'est concrétisée", déplore Bielsa, qui n'avait d'yeux que pour Stambouli (parti de Montpellier à Tottenham) ou pour Koke (l'arrière droit du FC Séville).

"Le bilan de ce mercato est négatif, tranche l'ancien sélectionneur de l'Albiceleste. Si tout m'avait été dit avec sincérité, je l'aurais accepté. Là, ça me révolte." Mais pas au point de démissionner, comme il a tenu à préciser. Reste que cette sortie franche et directe risque de ne pas être appréciée par ce groupe qu'il n'a donc pas choisi mais qui, après n'avoir perdu qu'un de ses 4 matchs cette saison en L1, ne pointe qu'à trois points du leader, Bordeaux.

Lire et commenter