Avant le choc contre le PSG, Rudi Garcia "craint dégun"

DirectLCI
FOOTBALL - Tout juste nommé entraîneur de l'Olympique de Marseille, Rudi Garcia a pris une trentaine de minutes pour répondre aux questions de la presse et pour balayer les dossiers chauds qui animent l'OM, vendredi 21 octobre. LCI fait le point.

Il était un peu plus de 9h ce vendredi matin quand Rudi Garcia est arrivé à la Commanderie. A la sortie de son taxi accompagné par ses adjoints (Cédric Fichaux et Frédéric Bompard), celui qui a été présenté comme "OM-compatible" par sa hiérarchie a été accueilli par le nouveau président de l’OM, Jacques-Henri Eyraud. Une poignée de main franche qui en dit assez long sur l’entente que pourraient avoir les deux hommes. Avant de signer son contrat, Rudi Garcia est allé faire le tour des installations du centre d’entraînement. Du vestiaire au terrain, en passant par les bureaux du club, le nouveau technicien a fait le tour du propriétaire avant de retrouver ses nouveaux joueurs vers 17h. D'abord, il s'est exprimé face aux médias, en compagnie de Jacques-Henri Eyraud et de faire le tour des dossiers chauds.

Lire aussi

Ses ambitions avec l'OM

Dans le communiqué qui accompagnait l'annonce de sa nomination à la tête de l'OM, Franck McCourt avait expliqué que Rudi Garcia voulait remporter la C1 avec le club phocéen. Une ambition réaffirmée par l'intéressé : "Même avant de répondre favorablement à l’OM, mon ambition c’est de remporter la Ligue des champions. On sait où a été ce club par le passé et je suis allé dans le bureau de Jacques-Henri Eyraud et  j’ai vu la coupe aux grandes aux oreilles. Mais il faudra du temps pour y arriver. On sait qu'actuellement, on est dans la deuxième partie du Championnat mais, dès cette saison, j’espère qu’on va donner du plaisir aux supporters. Ce que je peux leur dire en les regardant les yeux dans les yeux, c’est qu'on va mouiller le maillot et ne pas compter nos heures."

Pourquoi il a accepté et surtout dans ce timing, quelques jours avant le Classique

Certains diront que c'est suicidaire, d'autres qu'il n'a rien à perdre face au PSG. En cas de défaite face à Paris, on ne pourra certainement pas le pointer du doigt mais que dire en cas de succès dimanche. "C’est le hasard du calendrier, les nouveaux propriétaires se sont installés ce lundi. Ils voulaient aller vite et faire ce qu’ils ont dit. Je sais que c’est particulier car je vais voir mes joueurs que vers 17h et que l’on a deux jours pour préparer un match. Mais on va faire en sorte de le préparer dans les meilleures conditions possibles."

Quel système de jeu et quel style de jeu ?

Lors de ces deux dernières expériences en tant qu'entraîneur, Rudi Garcia faisait évoluer son équipe en 4-3-3. Va-t-il reproduire ce système de jeu dès ce dimanche au Parc des princes ? Ce n'est pas garanti. "Pour moi, l'important c’est déjà d’analyser les forces et les faiblesses. Le mieux c’est d’avoir plus de forces et de les entretenir. Il falloir que j’aille vite pour connaître les joueurs techniquement et aussi humainement. Je serai le garant de la cohésion de cet effectif. On va tout faire pour avoir un jeu porté vers l'avant et produire du spectacle pour les supporters . Mon schéma, c’est celui qui met les joueurs de l’effectif dans les meilleures dispositions pour s’exprimer ensemble. On va travailler avec les joueurs pour qu’ils comprennent ce que j’attends d’eux."

Son avis sur l'effectif actuel et sur le besoin de se renforcer au mercato d'hiver

Arrivé ce matin à la Commanderie, Rudi Garcia n'a pas encore une connaissance parfaite de son effectif, exception faite de l'ancien de la Roma William Vainqueur. Et avant de se confronter aux journalistes, il n'a vu que deux d'entre eux. "Je n’ai pas encore eu le temps de voir les joueurs. J’ai déplacé l’entraînement pour des questions de commodité. J’ai rencontré quelques membres du staff et vu William Vainqueur et Rémy Cabella à l'infimerie. Je ne vais pas faire de mystère, ils ne seront pas là à Paris. Sur l’effectif, il y aura des retouches plus en quantité qu’en qualité parce qu’il va y avoir la CAN. Mais pour le moment, l’effectif, je ne le connais pas. Je ferai le point dans quelques semaines. Ensuite, il va y avoir la CAN et c’est un point important. Après je le dis, ce n’est qu'en vivant au qupotidien avec les joueurs que l'on peut savoir  si on a des bonnes surprises. Que ce soit chez les jeunes ou chez les plus anciens. "

Compte-t-il parler avec Lassana Diarra ?

Absent contre Angers pour des problèmes de dos alors qu'il s'était entraîné, le cas du capitaine de Marseille irrite autant qu'il inquiète. Sportivement, son départ serait une énorme perte. Le problème de Garcia sera de convaincre le joueur de rester alors qu'il doit trouver un projet lui permettant de rembourser rapidement les dix millions d'euros qu'il doit au CSKA Moscou."Tous les joueurs sont importants. Bien évidemment, il y a des joueurs cadres, comme Lassana (Diarra) ou Bafétimbi (Gomis). Il y en a d’autres sur lesquels je m’appuierai car ils sont importants pour la cohésion d’un groupe et ils sont importants pour traverser une saison. L’une de mes premières tâches sera de parler aux joueurs cadres du vestiaire car ce sont eux qui amènent l’équipe vers la performance. Il me faut un peu de temps et de dialogue. Lassana, s’il est comme moi, convaincu que le projet de l’OM est ambitieux, j’espère qu’il va continuer avec nous."

Lire aussi

Le Classique face à Paris dès dimanche

Pas le temps de cogiter que Rudi Garcia est déjà dans le vif du sujet. Il a deux jours pour préparer le Classique mais se montre déjà exigent. "Je sais que c’est un match à part. On connaît aussi le contexte. Je vais vite le ressentir avec les joueurs. Quand un nouveau coach arrive, on donne plus pour montrer au nouvel entraîneur et ça c’est une bonne chose. Mais que ça soit dimanche à Paris ou à Clermont (mercredi prochain), je veux que les joueurs donnent tout et qu’il y ait de l’enthousiasme. Beaucoup nous voient repartir du Parc avec zéro point mais nous on ira avec de l’ambition. Je veux que les joueurs donnent tout, qu'ils mouillent le maillot et qu'ils soient fiers de porter ce maillot."

Le point sur le futur directeur sportif

Aux côtés de Rudi Garcia, le nouveau président de l'OM Jacques-Heni Eyraud s'est aussi exprimé sur le projet, les raisons qui l'ont poussées lui et Franck McCourt à choisir l'ex-entraîneur de l'AS Rome. Mais outre la nomination d'un nouveau technicien, l'autre dossier chaud du moment est celui du futur directeur sportif, après la défection de Luis Campos. S'il n'a pas donné de nom, le nouveau président en a défini clairement le profil. "Je ne suis pas ici pour parler des postulants au poste de directeur sportif. Mais je peux vous dire les qualités que nous recherchons : l’indépendance vis-à-vis de sphères d’influence propres au milieu du foot, l’esprit d’équipe et l’intérêt de l’entreprise qui doit être plus important que l’intérêt personnel."

Lire aussi

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter