OM : son amende, ses blessures, Vincent Labrune, les Bleus… Les quatre vérités de Lassana Diarra

OM : son amende, ses blessures, Vincent Labrune, les Bleus… Les quatre vérités de Lassana Diarra
Football

FOOTBALL – Muré dans le silence depuis le début de la saison, consécutive à son forfait pour l’Euro 2016, Lassana Diarra fait ce jeudi une mise au point cinglante.

Comme déclamait le poète : quand le silence est d’or, la parole est de platine. Après de longs mois passés sans moufter, durant lesquels beaucoup de choses sur son compte ont été dites, Lassana Diarra a fini par s’exprimer publiquement, ce jeudi, dans un entretien fleuve accordé à RMC. Avec le calme de celui qui sait que ses propos feront, quoi qu’il arrive, beaucoup de bruit. Morceaux choisis.

Lire aussi

    • 1Sur son amende de 10 millions d’euros, à régler à son ancien club, le Lokomotiv Moscou

      "À trente-et-un ans, quand on prend une énorme amende comme ça, c’est normal que ça conditionne mon futur. Aujourd’hui, je suis père de famille. J’ai des enfants, j’ai joué dans de grandes équipes et j’ai bien gagné ma vie. A mon âge, il est tout à fait normal d’y penser. La plupart des gens ne savent pas ce que ça représente une amende d’une telle somme. Vous savez, je n’ai pas joué pendant seize mois. J’étais tout seul. Je m’occupais de moi et de ma famille. Ce ne sont pas les gens qui m’ont aidé. C’est normal que je prenne en considération cette amende. Le contexte me fait réfléchir sur pas mal de choses. Je tiens à rappeler aussi que cet été, à l’OM, j’ai eu des clubs qui pouvaient payer l’amende et je pouvais partir. Quand le foot est fini, il faut s’occuper de sa famille et de soi. Il faut faire attention à ce qu’on fait."
    • 2Sur ses nombreuses blessures en 2016

      "Je ne suis qu’un homme. J’ai des qualités et des défauts. J’encaisse pas mal de choses. J’ai de la famille, des amis. J’ai ma conscience. Je lis les journaux et j’entends ce qui se dit autour de moi. On peut faire abstraction de certaines choses mais à un moment donné, ça vous touche. Je ne suis pas surpris du début de saison et de ce qui arrive. Pour bien jouer au foot, il faut être bien dans sa tête. J’ai eu une préparation difficile, encore plus que l’année dernière. Ça fait beaucoup pour un homme. Je ne vais pas me cacher, je sais l’importance que j’ai dans le groupe ici. Donc ce n’est pas facile. (…)Il y a eu le genou. Après, il y a eu la lombalgie. C’était un gros coup d’arrêt. Ne pas être à l’Euro m’a perturbé aussi, c’est sûr."
    • 3Sur l’Euro 2016...

      "Beaucoup de personnes ont la mémoire courte, très courte même. Concernant ma santé, je vais le redire, j’ai loupé l’Euro. Quand j’entends que ce n’est pas très grave… C’est très grave parce que j’ai aujourd’hui trente-et-un ans. Je ne sais pas si je rejouerai un jour en équipe de France ou si j’irai à la Coupe du monde 2018. Il y a des étapes. L’année dernière, j’ai beaucoup donné pour attraper le wagon car j’étais absent pas mal d’années. Cet Euro en France me tenait à cœur. J’ai entendu après que j’avais eu une deuxième partie de saison moins bonne. Oui, mais j’ai joué avec une gêne au genou et je pense que ça s’est vu. Toutes ces personnes qui ont dit que je m’économisais pour l’équipe de France, je ne les ai pas entendues quand j’ai raté l’Euro et dû déclarer forfait. Que les gens comprennent que ce n’est pas facile d’aller en équipe de France et d’avoir une sélection. C’est encore plus difficile quand on a un passé comme le mien avec l’équipe de France et qu’on a été absent pendant plus de cinq ans. Il faut remettre les choses dans leur contexte."
    • 4... Et un éventuel retour en Bleu

      "Là, tout de suite, il faut que je retrouve du rythme, du plaisir. Tout ça vient par étapes, comme je l’ai dit l’année dernière en arrivant à Marseille. On ne va pas mettre la charrue avant les bœufs. Je me reconstruis petit à petit et après, on verra. Pour l’instant, je ne pense pas à l’équipe de France, je pense à revenir. (…) Non, ce n’est pas fini. Je suis Français, ce n’est pas fini. Mais il faut être réaliste. Tout de suite, maintenant, je ne mérite pas d’aller en équipe de France."
    • 5Sur l’OM et Vincent Labrune

      "J’ai eu des contacts avec des clubs prestigieux qui jouent la Ligue des champions. Maintenant, je suis sous contrat avec l’OM. C’est une réalité. Ca ne s’est pas fait pour plusieurs raisons. Mais le problème n’est pas là. On a voulu me créer un souci avec Marseille. Moi, j’avais un problème avec l’ancien président, Vincent Labrune. Je n’ai jamais eu de problème avec l’institution OM et les supporters. Ca aussi, ça me fait mal. Il faut savoir que quand j’ai signé à l’OM, c’était pour quatre ans et avec une clause écrite comme quoi je peux être libéré à chaque mercato. Mon but n’est pas de faire la guerre à Marseille. Jamais de la vie. L’OM m’a relancé et j’ai retrouvé les Bleus grâce à ce club. Je sais ce que je leur dois. Je me bats pour Marseille. Vincent Labrune m’a annoncé qu’il ne pouvait pas respecter cet accord. Avec ma blessure, mon amende et mon entourage (sa cousine est morte dans les attaques du 13 novembre 2015, ndlr), ça fait beaucoup. Je ne suis pas le seul qui ait eu des problèmes avec Vincent Labrune. Il y a eu Marcelo Bielsa avant moi par exemple."

    Lire aussi

      Sur le même sujet

      Et aussi

      Lire et commenter

      Alertes

      Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent