Paul-Georges Ntep vient "pour tout casser"

Paul-Georges Ntep vient "pour tout casser"

DirectLCI
FOOTBALL - Seul nouveau du groupe France lors de ce rassemblement, Paul-Georges Ntep a découvert avec ”une immense joie” la vie de château à Clairefontaine, mais non sans ambition. Le Rennais, 22 ans, compte bien amener sa folie, dans la lignée d'un certain Franck Ribéry.

Il a commencé par la traditionnelle chanson de bizutage. Pas de rap mais plutôt un morceau de gospel : " Oh happy day ". Des jours heureux, Paul-Georges Ntep compte bien en vivre aussi sous le maillot bleu. Du Rennais, on connaît surtout ses frasques  : son but de la tête, à quatre pattes, alors qu'il avait effacé le gardien de Reims. Son carton rouge reçu face à Marseille en octobre dernier, 46 secondes après son entrée en jeu, pour un accrochage. Sa feinte de blessure contre Bordeaux, quand il se tient la cuisse avant d'accélérer.


Mais Paul-Georges Ntep, qui prépare à Clairefontaine la réception de la Belgique dimanche au Stade de France, c'est surtout un joueur ”capable d'apporter quelque chose de différent, par son profil et ses qualités”, apprécie Deschamps. ”Mon travail, c'est manger la ligne, déborder, centrer”, énumère le garçon de 22 ans, appelé pour la première fois en sélection. Avec une dose de folie qui n'est pas sans rappeler un certain Ribéry.

Seulement le 2e néophyte depuis le Mondial

Formé à Auxerre, il évolue en effet au même poste d'attaquant de couloir, denrée pas si courante en France, d'autant que Griezmann joue maintenant deuxième attaquant à l'Atlético. La porte s'était déjà ouverte pour Fekir en mars dernier, voilà désormais Ntep, 9 buts et 6 passes décisives cette saison avec le Stade. Le natif du Cameroun est seulement le deuxième néophyte à intégrer le groupe depuis la Coupe du monde 2014. ”L'équipe de France, a-t-il dit mercredi, ce n'est pas un cadeau. Si je suis ici, c'est que je le mérite. J'essaie d'apporter et je viens avec ma bonne humeur, pour tout casser.” Casser, aussi, son image de joueur difficile à gérer.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter