Paul Pogba veut devenir le meilleur milieu de l'histoire : aidons-le !

Football

FOOTBALL - Lors d'une interview accordée aux journalistes de La Reppublica, Paul Pogba a confié ce vendredi son rêve de devenir meilleur que Pelé et Maradona. A metronews, on a cherché les défauts qu'il devait gommer pour y parvenir.

Il rêve de "devenir le meilleur milieu de terrain de l'histoire", "meilleur que Maradona et Pelé", d'être reconnu comme "une légende du foot". Dans une interview sans retenue ce vendredi, Paul Pogba a communiqué son énorme ambition. "Je ne dis pas que je suis le plus fort, mais que je veux le devenir, a-t-il lancé. Je déteste perdre. Je travaille beaucoup parce que je veux devenir parfait et parce que quand je gagne, ça me rend heureux." 

Cela tombe bien, à metronews, on aime rendre les gens heureux. Pour aider Paul Pogba à accéder au bonheur ultime (gagner le Ballon d'Or est un chemin qui peut l'en approcher), nous avons listé quelques défauts persistants qu'il reste à gommer au joueur de 23 ans. S'il y parvient, son doux rêve pourrait, qui sait, peut-être prendre forme un jour. 

PLUS D'EFFORTS AU PRESSING
Paul Pogba, 1m91, 80kg, est un athlète impressionnant. Du haut de ses 23 ans, le milieu de terrain français affiche une santé de fer : il n'est presque jamais blessé, tient 90 minutes sans aucun problème, court vite, frappe fort dans le ballon et se montre souvent souverain dans les airs. Vous l'avez vu venir, il y a un "mais". Sur le terrain, Pogba n'est pas le plus généreux en efforts et ce malgré un physique avantageux. Ceci est d'autant plus regrettable que ses fameux grands compas font des ravages à la récupération du ballon et que le joueur lit bien le jeu et les déplacements adverses. Avec une plus grande volonté dans le pressing (cela lui a déjà été reproché par ses entraîneurs Pierre Mankowski, Antonio Conte ou Massimiliano Allegri), il pourrait devenir un joueur extraordinaire pour une équipe. On pense instinctivement au destin rencontré par Yaya Touré quand il oeuvrait au FC Barcelone, régalant offensivement mais redoublant aussi d'efforts dans l'entrejeu pour aider Xavi Hernandez et Andres Iniesta devant la défense. Une mission exigeante mais à la hauteur de ses moyens. 

SAVOIR SE TRANSCENDER
Dans une logique un brin similaire à celle qui empêche aujourd'hui Paul Pogba d'être une véritable arme pour récupérer des ballons, on sent le natif de Lagny-sur-Marne (77) en difficulté pour se transcender dans les matches à enjeu. La Juventus de Turin a certes atteint la finale de la Ligue des champions la saison passée, mais ce fut davantage dû à un collectif rodé et aux performances remarquables d'Alvaro Morata, Arturo Vidal, Carlos Tevez et autre Gianluigi Buffon qu'à celles de Pogba. L'ancien Havrais a bien sûr apporté sa pierre à l'édifice mais il n'a jamais atteint cet état de décompression totale pour laisser son instinct le guider. C'est l'un de ses défauts majeurs que l'on retrouve également lors de ses performances avec l'équipe de France. En 29 sélections, on n'a pas souvenir d'un seul grand match de "La Pieuvre", qui n'a pas particulièrement brillé lors du Mondial 2014 et qui est attendue comme l'une des grandes vedettes des Bleus à l'Euro 2016. A l'inverse total d'un Mathieu Valbuena, limité mais qui a toujours réussi à se transcender pour son bien et celui du collectif, Paul Pogba est encore trop scolaire. Savoir se laisser inspirer par les grands événements est un chemin inévitable pour devenir un très grand joueur. 

PROGRESSER A LA PASSE
Exceptionnel à la protection du ballon, doté d'une technique irréprochable et d'une frappe de balle savoureuse, Paul Pogba n'est toujours pas un grand passeur. C'est un comble un peu fâcheux pour un milieu de terrain. Les Anglais se régalent certes avec leur concept de "box to box", ce joueur qui utilise son corps et non le ballon pour gagner du terrain, mais il devient rapidement insuffisant lorsque l'on cherche à atteindre la perfection. C'est une lapalissade : le trajet du ballon est bien plus important que celui des corps. Et dans ce registre, Paul Pogba n'est pas encore un "accélérateur de jeu". A l'inverse des Andrea Pirlo, Andres Iniesta, Marco Verratti, Luka Modric (liste loin d'être exhaustive), le milieu tricolore ne maîtrise pas l'art de la passe verticale qui casse les lignes. C'est un art un peu mésestimé, il est vrai, loin de truster les compilations "exploits du weekend", mais il est vital pour une équipe. Un Paul Pogba enfin rompu à cet exercice pourrait faire vaciller de nombreuses formations...

FAIRE DE MEILLEURS CHOIX
C'est une qualité classique dans le football et le sport de haut niveau : la fameuse prise de décision. Cette qualité qui fait l'apanage des grands joueurs n'est pas encore visible chez le Bianconero. Que ce soit avec la Vieille Dame ou avec les Bleus, Paul Pogba se rend trop souvent coupable de mauvais choix. C'est le lot d'un grand nombre de footballeurs professionnels, on en convient, mais c'est moins le cas chez les plus forts d'entre eux. Frapper au but au lieu d'en offrir un, décaler un partenaire quand il y a une fenêtre de tir, dribbler un dernier joueur alors que la brèche a déjà été ouverte, voilà les erreurs que commet encore Pogba sur les prés. Réduire leur nombre représente un sacré enjeu tant il est compliqué d'aller contre son instinct. Mais c'est assurément le plus important pour le Tricolore lors des années à venir. Bon courage !

A LIRE AUSSI
>> Trophée UNPF : Pogba sacré meilleur Français de l'étranger ?
>> Mercato : Pogba à City avec Guardiola pour progresser ?

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter