Pays-Bas - France, un match perdu entre la mort de Cruyff et les attentats de Bruxelles

Pays-Bas - France, un match perdu entre la mort de Cruyff et les attentats de Bruxelles
Football

HOMMAGE - En marge du match amical entre les Pays-Bas et la France se tiendront de vibrants hommages aux disparus des derniers jours. A moins que ce ne soit le match qui se déroule en marge de ces hommages…

Les photos de Johan Cruyff pullulent ce jeudi dans les travées de l’Amsterdam ArenA mais elles n’ont pas été dégainées pour l’occasion. Ici, la figure la plus mythique de l’histoire de l’Ajax et des Oranje est chez elle, dans son antre. Son décès à la veille du match amical prévu dans cette enceinte entre ses Pays-Bas et la France ressemble beaucoup à un signe du destin. Ajoutez à cela les attentats de Bruxelles non loin de là le 22 mars, eux-mêmes consécutifs à ceux du 13 novembre à Paris et au Stade de France, en marge de France-Allemagne (2-0), et vous obtenez un de ces contextes puissants qui rendent le football bien dérisoire. Comme pour l’Angleterre-France de Wembley le 17 novembre, les yeux qui se tourneront vendredi vers l’Amsterdam ArenA guetteront surtout les hommages.

Didier Deschamps : "L’actualité, on la subit, quand on ne la prend pas de plein fouet"

"Il faut encore obtenir l’accord des arbitres mais nous avons été sollicités par la Fédération néerlandaise pour un hommage bien particulier à Johan Cruyff. Bien sûr, j’y ai répondu favorablement", a glissé Didier Deschamps en conférence de presse. Plus tard, l’attachée de presse de ladite Fédé nous en a dit un peu plus, le tout ayant été officialisé en haut lieu quelques minutes auparavant : "Les joueurs des deux équipes porteront un brassard noir. Il y aura une minute de silence avant le coup d’envoi en hommage aux victimes des attentats de Bruxelles. Puis, à la 14e minute, le match sera interrompu et il y aura une autre minute de silence." Une référence au fameux numéro fétiche de Johan Cruyff. Une manière, aussi, de mettre son décès là où se trouvait sa vie : au cœur du jeu.

EN SAVOIR +
>>  Suivez le match en direct avec metronews
>>  Matuidi : "Un honneur pour moi que de porter le même numéro que Cruyff"

Le sélectionneur tricolore n’en a-t-il pas marre de devoir sans cesse composer avec l’extra-sportif, lui qui dispose de très peu de temps avec ses hommes et voit l’Euro 2016 s’avancer à grands pas ? "Moi, je ne leur parle que de foot, a-t-il répondu. Mais nous ne vivons pas dans une bulle. Quand il y a de tels évènements dramatiques, on n’est pas insensibles. L’actualité, on la subit, quand on ne la prend pas de plein fouet. Mais on s’applique pour rester concentrés sur notre sujet." Un confrère lui a ensuite demandé si ce contexte pesant n’était finalement pas de nature à souder son groupe. "On n’a pas besoin de ça, a-t-il grimacé. Les valeurs de solidarité devraient toujours être présentes. Les drames permettent de relativiser beaucoup de choses, mais on ne s’en sert pas."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Vous avez un problème avec la République", vive altercation à l'Assemblée entre Blanquer et Mélenchon

Reconfinement, écoles ouvertes... les pistes envisagées par Emmanuel Macron à la veille d'un nouveau tour de vis

Pourquoi les écoles pourraient rester ouvertes en cas de reconfinement ?

EN DIRECT - Plus de la moitié des lits de réanimation occupés par des malades du Covid-19

REPLAY - Didier Raoult sur LCI : "Je ne suis pas Nostradamus"

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent