Porto-Lille (2-0) : cette fois, le LOSC ne s'est pas fait d'illusions

Football
DirectLCI
LIGUE DES CHAMPIONS - Lille ne verra pas la plus belle des compétitions du football de clubs cette saison. Le FC Porto, déjà vainqueur à l'extérieur (0-1) lors du barrage aller, l'a encore emporté ce mardi soir, dans son antre, cette fois sans trembler (2-0). Les Nordistes participeront, faute de mieux, à la Ligue Europa.

L'impression d'une supériorité technique portugaise avait déjà été très nette à l'aller, la semaine dernière, au stade Pierre-Mauroy. Elle l'a été encore beaucoup plus ce mardi lors de la manche retour au stade du Dragon, au point que ce n'en était plus une. On le savait, contre un FC Porto en quête de sa 19e participation à la grand-messe européenne (comme le FC Barcelone, le Real Madrid et Manchester United), le LOSC n'était pas favori sur le papier. Mais même la solidité et la pugnacité qui ont permis aux hommes de René Girard d'obtenir le droit de disputer ce barrage de la Ligue des champions n'ont rien pu face à la maîtrise collective adverse. Aprés une nouvelle défaite (2-0), les Dogues devront se contenter de la Ligue Europa comme seul os continental à ronger.

Ils avaient pourtant fait durer l'espoir le plus longtemps possible, en revenant aux vestiaires sans encaisser le moindre but. Car, durant les vingt premières minutes, ils n'ont même pas existé, asphyxiés qu'ils étaient par le pressing portugais. Ruben Neves, 17 ans, aurait pu ouvrir le score dès la 7e, sur une remise intelligente de Martins Indi. Puis c'est Jackson Martinez qui, d'une sublime reprise acrobatique, manquait de peu d'accrocher le cadre à la 10e. Le Colombien a, du reste, fait vivre un véritable calvaire aux défenseurs nordistes mais ses audacieuses tentatives de dribbles sont restées vaines dans ce premier acte et Roux, servi par Gueye à la demi-heure, aurait même pu faire taire un public déjà euphorique.

Comme à l'aller, mais en pire

C'est donc à son autre feu-follet que le FC Porto s'en est remis pour percer le coffre fort lillois. À la 49e, l'ex-Rennais Yacine Brahimi plaçait un impeccable (et merveilleux) coup-franc au-dessus du mur et le ballon s'en est allé doucement mourir dans les filets d'un Vincent Enyeama pantois. Voilà. La messe était dite. Dès lors, les Portugais n'avaient plus qu'à attendre les Lillois tout en monopolisant le ballon au milieu dès que possible pour les faire courir dans le vide. Oui, exactement comme à l'aller .

Et, comme à l'aller, un contre assassin est venu récompenser cette gestion sereine : à la 68e, Brahimi (encore lui) trouvait Martinez, dont la frappe croisée ne laissait aucune chance au portier nigérian. Comme Lyon l'an passé face à la Real Sociedad, Lille a perdu ses deux matches de barrage. C'est le lot habituel des petites nations européennes, réduites au rang de faire-valoir par les têtes de série. C'est le nouveau statut du football français. Et, au regard de la facilité avec laquelle le Zenith Saint-Pétersbourg s'est qualifié un peu plus tôt contre le Standard de Liège, ce rapport de force en notre défaveur n'est pas près de s'inverser de sitôt .

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter