Pour Cavani, ''ce n'est pas toujours facile'' à Paris

Pour Cavani, ''ce n'est pas toujours facile'' à Paris

DirectLCI
FOOTBALL - Neuf mois après son arrivée au Paris Saint-Germain, Edinson Cavani est revenu sur son positionnement sur le côté dans les colonnes de L'Equipe ce mardi. Très contrarié de se retrouver sur le côté alors qu'on lui avait promis autre chose, il assure que la situation ''commence à devenir pesante avec le temps''. Et donne rendez-vous à ses dirigeants pour discuter en fin de saison...

Nous sommes le 18 août 2013, contre Ajaccio, que le PSG reçoit pour la 2e journée de Championnat au Parc des Princes. Laurent Blanc aligne une équipe en 4-4-2 en associant Zlatan Ibrahimovic et Edinson Cavani, la recrue phare de l'intersaison, en attaque. Score final : un partout, avec une pléiade d'occasions en faveur des champions de France. Et la dernière fois que l'entraîneur parisien aligne ses deux numéros 9 côte à côte en attaque. Au grand dam de l'Uruguayen.

''C'était ma vision de l'équipe quand je suis arrivé à Paris, c'était d'ailleurs un des arguments qui m'ont motivé pour venir dans ce club'', explique l'ancien Napolitain ce mardi dans L'Equipe. Mais celui celui qui se décrit comme un attaquant ''qui aime bouger sur tout le front de l'attaque, capable d'anticiper ce que fera l'autre attaquant'' est depuis exilé sur le côté, où il doit beaucoup défendre et peut donc moins marquer que ses précédentes saisons, bien qu'il ait enfilé 21 buts avec le PSG, toutes compétitions confondues.

''Des choses qu'il faudrait faire différemment''

Et ça, ''El Matador'' l'accepte moyen. ''Pour un attaquant habitué à marquer et qui, aujourd'hui, doit accomplir d'autres tâches, non, ce n'est pas facile, c'est vrai.'' Avant de renchérir : ''C'est compliqué et, avec le temps, ça commence, disons, à être un peu pesant.'' Une critique rare venant d'un joueur pas du genre à faire des remous mais, qui, prévient désormais ses dirigeants. S'il finira bien la saison comme il l'a commencée, fixé sur les objectifs élevés du club (Championnat, Ligue des champions, Coupe de la Ligue), il n'entend pas prolonger l'aventure sur le côté éternellement.

Sinon, il menace même de partir. ''On verra à la fin de la saison (s'il est toujours parisien). Je suis bien à Paris mais il y a, à coup sûr, des choses dont on doit parler avec le club, des choses qu'il faudrait faire différemment.'' La Premier League, où Chelsea le convoitait déjà l'été dernier et Manchester United s'était renseigné à l'hiver, l'attire particulièrement. Il pourrait s'y faire encore plus de fans s'il brille en quart de finale de Ligue des champions face aux Blues.

Plus d'articles

Sur le même sujet