Pour le comité d'audit, "il est indispensable" que Sepp Blatter quitte la Fifa

Pour le comité d'audit, "il est indispensable" que Sepp Blatter quitte la Fifa

Football
DirectLCI
FOOTBALL - Alors que le Suisse, démissionnaire de la fédération internationale, pourrait finalement choisir de rester, Domenico Scala l'a prévenu. Le président du comité d'audit et de conformité veut que Blatter tienne sa promesse de laisser sa place et que les réformes soient tenues.

C'est comme la musique de ”Questions pour un champion” en fin d'émission. D'interminables secondes d'attente. Un visage fixé par la caméra. Et deux mots. ”Je reste”. Ou pas. Dans le rôle du candidat : Sepp Blatter. L'affaire semblait réglée le 2 juin dernier quand, cerné par les affaires de corruption qui touchent les hauts dirigeants de l'instance, le Suisse annonçait sa démission de la présidence de la Fifa. Le tout prenait donc fin le 16 décembre, date du Congrès exceptionnel de la fédération internationale . Du moins le croyait-on.

Car selon les informations du Schweizam Sontag ce dimanche, le Vaudois n'est plus tout à fait sûr de lui, alors que les fédérations africaines et asiatiques, qui l'ont toujours soutenu, l'ont réconforté. Après tout, pourquoi ne pas se présenter à nouveau à sa propre succession , et affirmer davantage sa légitimité électorale ? Parce que les affaires, d'abord, pourraient le rattraper depuis les États-Unis, alors que l'étau se resserre autour de sa personne. Et puis parce que d'autres personnes à la Fifa ne l'entendent pas ainsi.

"Les réformes sont le sujet central"

Président indépendant du comité d'audit et de conformité de la Fifa, Domenico Scala s'est exprimé dimanche, quelques heures après les informations données par le journal suisse. Et selon lui, Blatter n'a d'autres choix que de se retirer. ”Pour moi, les réformes sont le sujet central, explique-t-il. C'est pourquoi je pense qu'il s'avère indispensable de poursuivre le processus initial avec le changement de président, comme annoncé.”

EN SAVOIR + >> Blatter, 17 ans de présidence

Blatter n'en serait pourtant pas à son premier volte-face, lui qui déclarait, en 2011, que son quatrième mandat resterait le dernier… avant de se présenter à nouveau en 2015 à la présidence de la Fifa, jugeant sa mission ”pas encore terminée”, à 79 ans. Certains observateurs estimaient que les six mois jusqu'à la réunion du Congrès en décembre serviraient au Suisse à installer un successeur qu'il aurait lui-même désigné. C'est finalement pour sa propre personne qu'il pourrait rouler. Même s'il doit lutter contre des vents contraires.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter