Pour le vice-président de la FIFA, le Qatar pourrait perdre le Mondial 2022

Pour le vice-président de la FIFA, le Qatar pourrait perdre le Mondial 2022

FOOTBALL - Les voix n'en finissent plus de s'élever pour critiquer le choix de confier au Qatar l'organisation de la Coupe du monde 2022. Après les révélations du Sunday Times, le vice-président de la FIFA lui-même admet la possibilité de devoir organiser un nouveau vote. De son côté, l'Émirat nie farouchement ces accusations.

Se demander s'il y a de la corruption à la FIFA, c'est un peu comme réaliser que le soleil se lève le matin. Reste que les révélations du Sunday Times au sujet d'un "complot" fomenté par Mohammed Bin Hamman , ex-éminence grise du football qatari et président de la Confédération asiatique, secoue de toutes parts le monde du football ce dimanche. En cause : l'attribution de l'organisation de la Coupe du monde 2022 au Qatar. Le journal, au terme d'une enquête fouillée, affirme détenir des milliers de documents (e-mails, lettres, virements bancaires) prouvant le recours à des pots de vin, d'une valeur globale de trois millions de livres (3,69 millions d'euros), pour acheter les voix du membre du comité exécutif. Un séisme qui pourrait bien conduire, cette fois, à un nouveau vote.

C'est Jim Boyce, le vice-président de la Fédération internationale, qui l'a admis ce dimanche après-midi au micro de Sky Sports . "Je n'ai pas le moindre doute quant au fait que le comité exécutif prendrait très, très au sérieux une preuve concrète transmise par M. Garcia à la FIFA." Michael Garcia, c'est cet avocat américain qui mène actuellement une enquête sur le processus d'attribution de l'organisation des Mondiaux 2018 et 2002. Problème : il la mène... au nom de la FIFA. Mais le haut dirigeant est bien obligé d'admettre que le juriste devra prochainement se pencher sur les preuves détenues et publiées par le Sunday Times.

"Il faut considérer la nécessité d'organiser un nouveau vote"

"L'enquête est toujours en cours, nous devons attendre ses développements, a poursuivi M. Boyce, soucieux de jouer la montre. J'espère que la décision la plus juste sera prise le moment venu. Mais je crois qu'un nouveau vote serait une vraie possibilité." D'autant plus que la perspective de devoir décaler cette Coupe du monde en hiver pose tout un tas de problèmes juridiques et logistiques. Au point que Sepp Blatter, le président de la FIFA, a récemment décrit l'attribution de ce tournoi au Qatar comme "une erreur" , pointant au passage "des pressions politiques de la France et de l'Allemagne". Une pierre dans le jardin de Michel Platini, patron de l'UEFA et futur rival de Blatter lors de l'élection à venir en 2015 pour briguer la tête de la Fédération internationale.

"Bin Hammam n’a joué aucun rôle officiel ou non-officiel au sein du comité Qatar 2022. Nous démentons avec véhémence toutes les allégations concernant des actions répréhensibles. Nous mettrons tout en oeuvre pour défendre l’intégrité du Qatar, et nos avocats réfléchissent déjà à ce sujet. Le droit d’organiser cette Coupe du monde nous a été accordés parce que nous avions la meilleure candidature, et parce que cela offre une Coupe du Monde au Moyen-Orient pour la première fois", a, de son côté, répliqué le comité d'organisation qatari.

Mais, au-delà de ces considérations, Mark Palios, ex-directeur général de l'instance, lui aussi interrogé par Sky Sports, tient à revenir à l'essentiel : "Peu importe la façon dont le Qatar y est parvenu, la question est seulement de savoir si le processus d'attribution est biaisé. Si les preuves avancées par le Sunday Times font pencher la balance du côté de ceux qui parlent d'une erreur, alors le processus d'attribution est effectivement biaisé. Et je crois qu'à ce moment précis, pour être le plus juste possible, il faut concrètement considérer la nécessité d'organiser un nouveau vote." L'idée fait donc son chemin et, d'ici à 2022, tout est encore possible. Même s'il faudra bien se demander, au final, si l'édition qatarie est la seule concernée par des faits de corruption.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Alerte "vent" : 2 départements en vigilance

Le "champignon noir" : que sait-on de cette infection qui touche les yeux de patients guéris du Covid en Inde ?

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Elle a tué son mari qui la tyrannisait : Valérie Bacot témoigne dans "Sept à Huit" avant son procès

Vaccin : le casse-tête de l'exécutif pour écouler les doses d'AstraZeneca

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.