Pour Rooney, la révolte, c'est ce soir ou jamais

Pour Rooney, la révolte, c'est ce soir ou jamais

DirectLCI
FOOTBALL - Après l'humiliation vécue dimanche face à Liverpool en Championnat (3-0), Manchester United et sa star sont attendus au tournant mercerdi soir en Ligue des champions. Seul souci, MU et Wayne Rooney ont perdu le match 2-0 à l'Olympiakos.

Ses statistiques n'ont pourtant pas à le faire rougir. En 22 matches de Premier League, "Schrek" a marqué 11 buts et distillé 10 passes décisives. En Champions League, c'est là aussi plus qu'honorable : en 6 matches, il a marqué 2 fois pour 6 passes décisives.

Comment donc expliquer la crise sportive que traverse Manchester ? Et la prestation de sa star, Wayne Rooney, contre Liverpool? "Cauchemardesque", avouait-il dans le Daily Record lundi . Les grosses difficultés que traverse MU contaminent le jeu de l'international anglais, qui coule avec ses coéquipiers et son coach...

Van Persie et Rooney ne jouent plus ensemble
 
L'attaque mancunienne, si tranchante l'année dernière, ne fait plus d'étincelles. La preuve lors des deux dernières défaites : contre l’Olympiakos à l'aller, Van Persie n’avait effectué qu’une seule passe à Rooney… lors de l’engagement ! Face à Liverpool dimanche, ils ne se sont échangés que six ballons durant la partie. Robin Van Persie est en manque efficacité et participe trop peu au jeu des Reds Devils, ce qui l'oblige à dézoner et ainsi délaisser le front de l'attaque.

Wayne Rooney, qui est un avant-centre de formation, ne peut résister aux sirènes offensives et monte alors trop souvent, laissant son milieu se débrouiller sans sa justesse technique. La faiblesse actuelle du milieu de terrain des Reds (avec Carrick en méforme, et Fellaini qui déçoit match après match) souffre de l'absence du numéro 10.

Des problèmes que David Moyes n'arrive pas à régler depuis qu'il a pris la succession d'Alex Ferguson. L'actuelle position catastrophique du coach n'aide sûrement pas son équipe. Puisqu'il se dit que le coach écossais est sur la sellette et qu 'il serait limogé en cas de non-victoire sur les trois prochains matches.

Rooney doit tirer l'équipe vers le haut
 
Avec un déficit de deux buts, Man U aura fort à faire ce soir au Théâtre des Rêves contre l'Olympiakos. Sans Juan Mata (non qualifié pour la Ligue des Champions) mais avec le jeune prodige Januzaj, Rooney va essayer de qualifier son équipe qui n'est même pas sûre de jouer la LDC la saison prochaine : du jamais vu depuis 1990 !

Le quatrième plus gros salaire du foot mondial (24 millions annuels, contrats publicitaires inclus) reste la star de l'équipe depuis son faux départ l'été dernier et une revalorisation salariale conséquente (18,9 millions par an, ce qui en fait le joueur le mieux payé de la planète foot en termes de salaire. Voir le classement ici ). S'il est l'un des Mancunien le plus constant malgré ses récentes mauvaises prestations, il aura besoin de ses coéquipiers pour renverser la vapeur ce soir. Et de ses supporters qui, eux, n'ont jamais déçu.
 

Plus d'articles