Pourquoi Eliaquim Mangala n'est pas plus souvent dans les plans de Deschamps ?

Pourquoi Eliaquim Mangala n'est pas plus souvent dans les plans de Deschamps ?

EQUIPE DE FRANCE - Le Portugal, adversaire des Bleus samedi (20 h 45), Eliaquim Mangala connait bien pour avoir joué pendant trois ans au FC Porto. Réservé, humble, celui qui est considéré comme un des tout meilleurs défenseurs du monde peine à se faire une place en équipe nationale. On a essayé de comprendre. Trop tendre ? Ce serait plutôt le contraire.

La valeur n'attendant pas le nombre des années, Manchester City a déboursé près de 54 millions d'euros cet été pour s'offrir le jeune Eliaquim Mangala (23 ans). La grosse cote, donc. Sauf qu'en équipe de France, Didier Deschamps utilise le joueur avec parcimonie. Convoqué régulièrement depuis mai 2013, au grand dam du Congo d'où ses parents sont originaires ou de la Belgique où il a grandi, le natif de Paris n'a disputé que deux matches en tant que titulaire. Deux matches amicaux (face à l'Uruguay en juin 2013 et les Pays-Bas en mars dernier). Et celui à qui le sélectionneur prête "un bon pied gauche", et dont il ne cesse de louer le potentiel, n'a pas joué une minute lors du dernier Mondial pour lequel il a été convié.

Pourtant, ce statut de "5e roue du carrosse" défensif des Bleus ne semble pas troubler ce grand calme : "Je prends du plaisir à venir ici [à Clairefontaine, ndlr], à retrouver les autres et ça, c'est important pour moi. Tout le monde a envie de participer et c'est la même chose pour moi. Je suis là pour essayer d'entrer dans les plans du sélectionneur", raconte tranquillement Mangala sur le site de la FFF.

"Il arrivera à s'imposer en équipe de France d'ici deux à trois ans"

Un discours étonnamment modeste pour un joueur qui est tout simplement devenu, en août dernier, le défenseur le plus cher de l'histoire, loin devant ses concurrents en Bleu - Sakho, Koscielny, Varane ou Mathieu - qui se partagent les deux places de la charnière tricolore.

"C'est un garçon très humble et avec le temps, il a appris à s'équilibrer. Au départ quand il est arrivé chez nous, il était trop agressif sur le terrain mais c'est un gros travailleur. Costaud (1,87), il avait aussi besoin d'améliorer sa détente, sa technique et son sens du placement. Mais chez nous, il a toujours été complètement dévoué au collectif, à mon avis, il va arriver à faire sa place en équipe de France d'ici deux à trois ans", nous explique un membre du staff du FC Porto.

Dix cartons jaunes en 21 matches lors de sa dernière saison avec les Dragoes lui ont valu une petite réputation de joueur dur sur l'homme, à mille lieux du garçon gentil qu'il est hors du terrain. Mais même s'il travaille énormément pour la retirer, elle lui colle un peu au maillot : en quatre matches avec City, il a déjà été averti deux fois.  

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Tensions au Proche-Orient : au moins 120 Palestiniens et 8 Israéliens tués depuis lundi

EN DIRECT - La France étend la quarantaine aux voyageurs de quatre nouveaux pays, 16 nations désormais concernées

Traque dans les Cévennes : paranoïaque, passionné d'armes... l'inquiétant profil du fugitif

Tesla et Elon Musk lâchent le bitcoin, pour quelles conséquences ?

Covid-19 : les cas de variant indien en légère hausse en France

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.