Pourquoi la L1 n'est pas encore jouée, malgré la démonstration du PSG à Monaco

Pourquoi la L1 n'est pas encore jouée, malgré la démonstration du PSG à Monaco

MISSION IMPOSSIBLE – Large vainqueur de Monaco à Louis II (3-0), le Paris Saint-Germain a envoyé un message fort à la Ligue 1 en écrasant un de ses plus sérieux concurrents. Dès la 4ème journée, le suspense autour de l'identité du futur champion de France semble déjà éteint mais on a tenté de trouver plusieurs raisons qui pourraient stopper l'incroyable marche en avant des Parisiens.

Un calendrier (enfin) chargé :
Avec quatre matches de Championnat disputés - et remportés - en l'espace de quatre semaines, le Paris Saint-Germain a eu tout le loisir de se focaliser sur la L1 et d'écarter, dans le même temps, la concurrence. Mais après la trêve internationale, le rythme de la compétition va enfin s'accélérer. Place à la Ligue des champions, l'objectif annoncé de Paris, le turnover prendra une place prépondérante et les risques de blessures seront forcément de la partie avec l'enchaînement des affiches. Lors du seul mois de septembre, les coéquipiers d'Ibrahimovic disputeront six rencontres en l'espace de 19 jours dont la réception de Bordeaux le vendredi 11, trois jours seulement après les matches internationaux joués aux quatre coins du monde. On notera dans ce flot d'oppositions le déplacement complexe à Lviv contre le Shakhtar Donetsk, quatre jours avant le clasico contre l'OM. Par le passé, le club de la capitale a démontré qu'il avait cette fâcheuse tendance à lâcher des points en route, même face à des petites équipes, avant un grand rendez-vous européen. De quoi donner de l'espoir à Reims, Guingamp et Nantes, futurs adversaires du PSG en Ligue 1 ?

EN SAVOIR + >> Pour sa première, Di Maria fait déjà toute la différence

Une concurrence encore plus accrue :
C'est le lot de tous les grands clubs : chaque poste doit être obligatoirement doublé. Au PSG, cette logique est évidemment respectée depuis qu'il a recruté Angel Di Maria et le banc affiché dimanche soir à Monaco était plutôt effrayant, tout en sachant que Pastore et Kurzawa, blessés, ne figuraient pas sur la feuille de match… Mais il est difficile de combler 25 joueurs prêts à gratter la moindre minute de jeu. Laurent Blanc ne s'est d'ailleurs pas voilé la face dimanche soir lorsqu'il fut quasiment contraint de faire rentrer Marquinhos en fin de rencontre. "Le turnover était compliqué. Je l'ai expliqué aux joueurs. La saison de tout le monde va vraiment commencer dès Bordeaux", a-t-il concédé. A l'image de Digne ou Cabaye la saison précédente, certains éléments, comme Sirigu, Van der Wiel ou Rabiot, seront déçus d'être mis de côté au cours de l'année. Tâche à l'entraîneur de gérer un vestiaire rempli d'ego parfois surdimensionnés.

À LIRE AUSSI >> VIDEO - ASM-PSG : Le doublé de Cavani et le caviar de Di Maria

La gestion du cas Lavezzi :
Un temps annoncé sur le départ, Lavezzi sera finalement un joueur du Paris Saint-Germain cette saison. Tout heureux de jouer aux côtés d'Angel Di Maria, son ami et passeur décisif sur son but, l'Argentin a croqué à pleines dents le quart d'heure de jeu dont il a bénéficié à Monaco. Mais le scénario ne pourra se répéter chaque semaine, puisque Pastore effectuera son retour prochainement, et Lavezzi aura, à de multiples reprises, tout le loisir de voir jouer ses partenaires… depuis les tribunes. Malgré son caractère bien trempé, sa capacité à souder le vestiaire par sa bonne humeur lui confère un rôle particulier et il semble plus que jamais prêt à accepter ce nouveau statut. "Ces derniers temps, j’ai fait passer le football au second plan. Je vais devoir me bouger. J’aime l’idée du défi qui m’attend face à une grande concurrence." Le message est passé.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 37.000 cas détectés ces dernières 24 heures en France

"Dites à vos copains non vaccinés qu’ils commencent à nous saouler" : la charge de Patrick Bruel en plein concert

Covid-19 : les six millions de non vaccinés se laissent-ils convaincre ?

"Autonomie" de la Guadeloupe : de quoi parle-t-on ?

EN DIRECT - Migrants : il appartient au Royaume-Uni de gérer le contrôle de ses frontières, estime la Commission européenne

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.