Pourquoi Monaco vire Ranieri

Pourquoi Monaco vire Ranieri

Football
DirectLCI
LIGUE 1 – Selon L'Equipe de mercredi, l'ASM a décidé de se séparer de son entraîneur et devrait officialiser la nouvelle dans les jours qui viennent. Une décision qui ne surprend finalement pas, tant Claudio Ranieri et les nouveaux actionnaires russes de Monaco ont rarement semblé sur la même longueur d'onde.

C'est un peu le syndrome Antoine Kombouaré. Alors que l'ancien défenseur du PSG était entraîneur de son club de cœur depuis plus de deux saisons et qu'il venait de prendre la tête du Championnat à la fin de l'année 2011, le Kanak avait été licencié pour laisser sa place à Carlo Ancelotti. Aujourd'hui, c'est au tour de Claudio Ranieri de connaître le même sort.

Alors bien sûr, l'entraîneur italien n'a pas réussi à hisser Monaco au sommet de la Ligue 1 (pouvait-il en être autrement avec un PSG ultra-dominateur ?), mais il est tout de même parvenu à faire du promu monégasque un solide dauphin des Parisiens, assuré de jouer la Ligue des champions la saison prochaine. Visiblement, cela n’a pas suffi pour satisfaire le nouveau propriétaire de club de la Principauté, puisque selon L'Equipe , Dimitri Rybolovlev a décidé de se séparer de Ranieri.

Une décision actée depuis une dizaine de jours

Une décision visiblement actée depuis une dizaine de jours entre les avocats des deux parties et qui confirme les rumeurs insistantes de séparation depuis plusieurs semaines. L'ancien entraîneur de Valence ou de Chelsea a eu beau jouer à cache-cache avec les médias, assurant d'abord qu'il serait toujours monégasque la saison prochaine puis demandant, lundi encore, "un rendez-vous avec [mes] dirigeants", il savait que son sort était scellé depuis bien longtemps .

L'été dernier, déjà, alors que l'ASM venait d'assurer son retour en L1 sous les ordres de l'Italien, des rumeurs de limogeage avaient filtré. Preuve que l'actionnaire n'a jamais vraiment cru en son entraîneur et à sa capacité de mener à bien le projet ambitieux du club du Rocher. Un peu comme les propriétaires qataris du PSG qui ne voyaient pas en Kombouaré l'entraîneur capable d'amener Paris à dominer l'Europe. D'autant que pour Ranieri, les quelques couacs de la saison écoulée n'ont fait que confirmer les doutes des conseillers de Rybolovlev.

Les casseroles de Ranieri : Abidal, Falcao, la Coupe de France...

Entre la gestion controversée du cas Eric Abidal (relégué brutalement au statut de remplaçant), la construction parfois étrange de son équipe (Lucas Ocampos et Emmanuel Rivière ont flambé en début de saison avant de disparaître des radars), la blessure de Ramadel Falcao (aligné et blessé face aux amateurs de Monts d'Or Azergues Foot en Coupe de France) et l'élimination en demi-finale de Coupe de France face à Guingamp, l'Italien a aggravé son cas.

Il y a peu de temps en conférence de presse, Ranieri avait lâché à l'attention de ses dirigeants : "J'ai cru en mon président il y a deux ans, aujourd'hui, c'est à lui de croire en moi". Il n'a visiblement pas été entendu.


 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter