Pourquoi Rolland Courbis a posé un lapin au FC Lorient (et raté l’équipe d’Algérie)

Football

LIGUE 1 – Rolland Courbis a dû refuser le poste d’entraîneur du FC Lorient en raison de ses obligations médiatiques. Lesquelles ne l’empêchaient toutefois pas de devenir sélectionneur de l’équipe d’Algérie…

Oui, mais non. C’est, en substance, la réponse donnée par Rolland Courbis à Loïc Féry, le président du FC Lorient, qui en faisait pourtant sa priorité pour prendre la succession de Sylvain Ripoll sur le banc des Merlus. L’entraîneur s’en explique ce jeudi dans les colonnes de Ouest-France : "J'ai fini par accepter l'offre lorientaise (mercredi après-midi), mais je ne peux pas m'engager. Depuis 48 heures, je discute avec François Pesanti (directeur général de RMC Sport et SFR Sport), qui est actuellement en vacances à l'étranger et à cause du décalage horaire, nous ne pouvions échanger que le soir. J'ai dans mon contrat avec la radio une clause qui autorise une rupture uniquement au mois de décembre pour m'engager dans un club, et à n'importe quel moment s'il s'agit d'une sélection."

En clair : Rolland Courbis a préféré ne pas se fâcher avec un employeur qui a été là pour l’accueillir chaque fois qu’un club ne voulait plus de lui. "RMC, c’est une maison où je suis depuis dix ans, qui m’a toujours bien traité, je ne peux pas faire n’importe quoi, confirme-t-il. Je suis vraiment désolé, je ne peux donc pas aider Lorient dans son opération sauvetage, je vais respecter mes engagements médiatiques. Le président Loïc Féry est quelqu’un d’intelligent, sinon il n’aurait pas réussi autant dans le monde de l’entreprise. Il saura prendre la bonne décision."

Lire aussi

    Cette flatterie n’empêchera toutefois pas le dirigeant de lui en garder rancune. "J'ai le regret et le sentiment d'avoir fait perdre du temps à Loïc Féry alors que j'espérais sincèrement signer au FC Lorient, ajoute Courbis. Féry n'a pas compris, il ne s'attendait pas à une réponse négative, il pensait que j'allais me libérer de mes engagements médiatiques. Forcément, je suis déçu pour lui. Je serai désormais et dès samedi soir, le premier supporter de Lorient. Je vais observer avec attention les prestations de l'équipe. (…) Je m’y voyais déjà. J'avais étudié la durée d'indisponibilité des blessés, les départs pour la CAN."

    L’ironie de l’histoire, c’est que Courbis aurait justement pu disputer la CAN, puisque son contrat avec RMC lui permet de diriger une sélection. Selon Football365, il a rencontré la semaine dernière à Paris Mohamed Raouraoua, le président de la Fédération algérienne, qui cherche un sélectionneur pour les Fennecs depuis la démission récente de Milovan Rajevac...

    Lire aussi

      "N'importe quel entraîneur rêve d'être sélectionneur de l'Algérie. Il y a 25 à 30 joueurs, sans compter d'autres révélations en cours des deux côtés de la mer, c'est une génération qui fait rêver un sélectionneur, lâchait-il au Parisien en mai. J'ai un plan de carrière, comme tout le monde après avoir entraîné des clubs de Ligue 1, il est clair que j'ai envie de goûter au métier de sélectionneur. L'Algérie, je connais bien avec l'USMA. Il y a là-bas des supporteurs et des joueurs passionnés. Avec la nouvelle génération, ce n'est pas compliqué."

      Adulé à Alger pour ses trophées gagnés avec l’USMA et son intégration pour le moins réussie (il s’exprimait même parfois en arabe face aux médias), c'est peu dire il semblait taillé pour le poste. Mais c’est finalement le Belge Georges Leekens qui devrait être nommé dès ce jeudi, à en croire L’Équipe. Tout porte donc à croire que Courbis a repoussé la sollicitation algérienne... pour privilégier Lorient.

      Sur le même sujet

      Et aussi

      Lire et commenter