PSG-Chelsea : Mourinho se prépare à affronter un "très gros candidat au titre"

PSG-Chelsea : Mourinho se prépare à affronter un "très gros candidat au titre"

Football
DirectLCI
LIGUE DES CHAMPIONS - Si le PSG doit se méfier de Chelsea comme de la peste, l'inverse est tout aussi vrai. José Mourinho, le coach emblématique des Blues, se prépare donc en conséquence.

Une seule certitude à l'heure d'imaginer le onze qu'alignera José Mourinho, l'entraîneur de Chelsea , à Paris mercredi soir : Samuel Eto'o ne sera pas titulaire. Le buteur camerounais, blessé à une cuisse, manquera le choc explosif face à son "club de cœur", dans la ville où il a autrefois vécu en tant que sans-papier. Pour le reste, c'est le grand flou en vue de ce quart de finale aller de la Ligue des champions , face à un adversaire que l'entraîneur portugais des Blues ne prend pas à la légère, loin de là. Au point de songer à changer son habituel schéma tactique.

"Le PSG est un gros, un très gros candidat au titre, insistait-il dès samedi. Entre Paris et Chelsea, c'est du 50-50. Mais je suis peut-être arrogant en disant cela parce que je vais essayer de hisser mon équipe à leur niveau." Il ne faut pas lire dans une telle déclaration un simple coup de bluff visant à motiver ses troupes tout en créant chez l'adversaire un sentiment de supériorité qui pourrait lui causer du tort. S'il est déjà parvenu à maîtriser plusieurs fois dans les derniers tours de Ligue des champions le Barça de Guardiola, dont le PSG actuel est une sorte d'ersatz, le "Mou" est aussi le mieux placé pour savoir qu'il affrontera une équipe redoutable.

Un joueur offensif sacrifié pour renforcer son milieu ?

Alors il cherche la meilleure stratégie, preuve que cet homme à la méthodologie rodée et aux idées arrêtées est en proie à une forme de doute. Toute cette saison, son Chelsea a évolué en 4-2-3-1 avec un binôme brésilien Ramires-David Luiz à la récupération et trois milieux offensifs petits et rapides, Willian, Oscar et Hazard, pour exploser en contre. Pourtant, samedi à Crystal Palace en Championnat d'Angleterre, le Special One a innové en alignant ses hommes en 4-3-3. Une expérience qui a débouché sur une défaite (1-0) , mais qu'il pourrait être très sérieusement tenté de renouveler mercredi au Parc des Princes.

L'idée est claire : pour neutraliser "le fantastique milieu en triangle" adverse, Mourinho considère qu'il devrait renforcer le sien. Une option d'autant plus probable que, dans ce cas, Oscar (22 ans) laisserait sa place dans le onze de départ à Franck Lampard, vieux briscard (35 ans) rompu aux joutes européennes, dont la mission consisterait à harceler le jeune (et parfois naïf) Marco Verratti . Ramires et David Luiz complèteraient alors son propre triangle, derrière une attaque Willian-Torres-Hazard. Il s'agirait alors surtout de faire déjouer le PSG tout en lui abandonnant le ballon. Et de tout miser sur les erreurs que commettront les Parisiens, plus que sur les espaces dans leur dos.

Il ne faut cependant pas y voir un quelconque aveu d'impuissance. "La seule patte Mourinho dans le jeu de ses équipes, c'est l'intelligence collective, nous éclaire Thibaud Leplat, auteur d'une biographie très fouillée consacrée au technicien. Tous les entraîneurs savent à peu près les mêmes choses sur le foot. Ce qui compte, c'est le rapport humain. Chez Mourinho, ce n'est pas comme chez Guardiola  : le style ne s'impose pas, au-delà du foot de transition (défense-attaque et attaque-défense, ndlr) qu'il a hérité de Van Gaal quand il était son adjoint à Barcelone. Il n'y a pas de patte esthétique mais une patte dans les méthodes, les exercices." Dit autrement : sa philosophie de jeu conduit toujours irrémédiablement à la destruction de celui de l'adversaire. Avec un succès certain.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter