PSG : comment expliquer toutes ces blessures deux jours avant Chelsea ?

PSG : comment expliquer toutes ces blessures deux jours avant Chelsea ?

Football
DirectLCI
FOOTBALL - Quatre joueurs d'ores et déjà forfait (Marquinhos, Cabaye, Aurier et Lucas) et quatre autres dangereusement incertains (Maxwell, Matuidi, Thiago Motta et Pastore)... Deux jours avant le match le plus important de sa saison, face à Chelsea en 8e de finale aller de la Ligue des champions mardi, le PSG se présente considérablement affaibli. Comment en est-il arrivé là ?

Pour certains, Laurent Blanc et Zlatan Ibrahimovic en tête, c'est la faute à "pas de chance". Pour Thiago Silva, c'est celle de la Ligue , coupable de ne pas avoir aménagé le calendrier en vue du match capital qui attend le PSG mardi, face à Chelsea , en 8e de finale aller de la Ligue des champions. Quatre Parisiens se sont blessés samedi contre Caen (Marquinhos, Cabaye, Aurier et Lucas) et manqueront le grand rendez-vous. Quatre autres (Maxwell, Matuidi, Thiago Motta et Pastore) sont touchés dans cette même période cruciale et demeurent incertains . Dans les huit cas, une douleur musculaire. Peut-on, dès lors, parler du hasard ou de temps de repos ?

Le coaching de Blanc, comme sa gestion globale de l'effectif, ne peut pas être ignoré. Cabaye, par exemple, avait déjà dû sortir sur blessure mercredi face à Nantes (2-0) en 8e de finale de la Coupe de France . Il a pourtant été titularisé trois jours plus tard... avant de sortir, en larmes, en se tenant ces mêmes adducteurs douloureux. Lucas souffrait, lui, d'une cheville mercredi mais il a tout de même débuté samedi. Et ce sont ses adducteurs qui l'ont lâché au pire moment. Enfin, Aurier, lui aussi titulaire face aux Normands, revenait à peine de la CAN, remportée par sa sélection . L'Ivoirien sortait donc à peine de trois jours de fête assortis de courtes nuits et d'un choc thermique.

Le quotidien L'Équipe explore une autre piste ce dimanche , affirmant que de nombreux joueurs se plaignent en interne de ne pas effectuer assez d'exercices physiques à l'entraînement, et ce depuis plusieurs semaines. Des critiques de nouveau entendues dans le vestiaire samedi et qui pourraient expliquer les regards noirs lancés par Ibrahimovic en direction du banc au moment de quitter le terrain. "Quand on joue tous les trois jours, on ne peut pas travailler physiquement, on doit se focaliser sur la récupération", expliquait Laurent Blanc il y a deux semaines. Les Parisiens ayant évolué à l'étranger ne partagent visiblement pas cet avis.

"On n'a pas fini de parler des blessés au PSG"

À la mi-octobre, l'infirmerie comptait déjà huit blessés en même temps (Thiago Silva, David Luiz, Digne, Marquinhos, Aurier, Thiago Motta, Lavezzi et Ibrahimovic) et metronews avait cherché une explication. "Il y a un problème spécifique à ce club, c'est sûr, nous avait alors confié une source proche du vestiaire parisien. C'est un souci dans la méthode et dans le contenu des préparations physiques et médicales. Trois Parisiens (David Luiz, Marquinhos et Lavezzi, après Thiago Silva, ndlr) souffrent d'une lésion ou d'une élongation derrière la cuisse. Les blessures musculaires ne sont jamais anodines. Si on ne respecte pas les protocoles de réhabilitation, on augmente les risques de rechute. Vu le calendrier, on n'a pas fini de parler des blessés à Paris."

Quelques semaines plus tard, RMC révélait l'existence d'un conflit larvé entre Laurent Blanc et le médecin du club, Éric Rolland . Au point que le coach a demandé à sa direction d'embaucher un nouveau docteur. Mais les cadres de l'équipe s'y seraient opposés... Aujourd'hui, les deux hommes n'échangeraient même plus directement, ce qui a des conséquences directes sur la vie de groupe et la gestion des blessés. Ajoutez à cela que plusieurs joueurs disposent, parfois au sein même du staff, de physiothérapeutes et de kinésithérapeutes personnels. D'où un déséquilibre de charge de travail qui se ressent dans le suivi quotidien. Et dans la condition physique précaire de certains.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter