PSG : contrat plus que rempli pour Blaise Matuidi

PSG : contrat plus que rempli pour Blaise Matuidi

DirectLCI
FOOTBALL - Inclus dans le turnover par son nouvel entraîneur Laurent Blanc, au contraire d'un Carlo Ancelotti ne pouvant se passer de lui l'an passé, Blaise Matuidi ne semblait plus apparaître, cette saison, comme l'un des hommes de base du PSG. Moins bien physiquement et tracassé par une situation contractuelle laissée en suspens par son club, le joueur aurait même exprimé des envies de départ. Autant de supputations appelées à voler en éclats dans les prochaines semaines.

"Je ne suis pas d’accord. Je ne suis pas le sauveur du PSG. Si j'ai marqué, c’est parce que l’ensemble de l'équipe a su faire les efforts nécessaires pour l'emporter. Mon but montre simplement que nous sommes plusieurs à pouvoir marquer et faire la différence. Ce n’est pas toujours Zlatan (Ibrahimovic) ou Edi (Cavani). Ça, c'est intéressant." Pour un peu, samedi soir, on se serait cru revenu presque un an en arrière, quand metronews se demandait si le PSG était "Matuidi-dépendant" et que l'intéressé bottait en touche avec vigueur. Pourtant, depuis, de l'eau a coulé sous les ponts, au point que le club parisien donne l'impression de ne plus considérer l'international français, auteur du but de la victoire (1-2) à Ajaccio , comme un élément indispensable.

Un sentiment auquel Thiago Silva avait donné plus de consistance le lundi 2 décembre, lâchant dans les colonnes de L'Équipe : "Thiago Motta et Verratti sont le coeur de notre jeu. Sans eux, l’équipe ne tourne pas de la même façon." La veille, l'entraîneur Laurent Blanc avait même laissé Matuidi au repos pour le choc face à Lyon (4-0), ce qui était inimaginable du temps de son prédécesseur, Carlo Ancelotti. Surtout, le joueur est en fin de contrat. Et donc libre de signer où bon lui semble sans que son club touche la moindre indemnité l'été prochain. Avec la possibilité de voir Pogba, qui évolue au même poste que lui, débarquer à Paris après le Mondial, il est même devenu raisonnable d'imaginer Mino Raiola, qui gère les intérêts des deux milieux français, orchestrer un chassé-croisé estival dont il a le secret.

Blaise Matuidi vers la prolongation

"Je ne veux pas m’exprimer sur ce sujet. Pas pour le moment", a encore esquivé l'ex-Stéphanois samedi. On le comprend. Selon plusieurs sources, il se serait vu proposer un nouveau bail courant jusqu'en 2018 avec triplement de son salaire, mais le procès qui met aux prises son ancien et son nouvel agent bloque toute finalisation. Jean-Pierre Bernès, son ex-conseil (également celui de Blanc) réclame toujours 3,5 M€ au milieu de terrain des Bleus et 5 M€ à Mino Raiola pour rupture abusive de contrat. "Heureusement, vous ne savez pas tout", s'en est presque amusé son entraîneur, vendredi en conférence de presse. Avant de se faire plus sérieux : "Le dossier est difficile mais des choses sont faites et des souhaits exprimés. Je pense qu'on est tous sur la même longueur d'onde, on veut que Blaise continue au PSG. Mais ça s'appelle une négociation et elle n'est pas terminée."

Dans les faits, si le procès est censé se poursuivre le 28 janvier et s'étirer au moins jusqu'en juin, le litige a de meilleures chances de se régler dans la discrétion, c'est-à-dire par une transaction financière entre les deux parties. Ce qui ouvrirait enfin la voie à l'officialisation de la prolongation de Matuidi, déjà acceptée, dans l'idée, par le joueur depuis plusieurs semaines. Côté terrain, en tout cas, après un début de saison qui l'avait vu quelque peu accuser le coup physiquement, l'international français a retrouvé son rythme de croisière. Comme un symbole, c'est lui qui, samedi, a mis Zlatan Ibrahimovic sur orbite sur le premier but de Lavezzi, avant de valider, d'une tête plongeante, la victoire des siens. Deux actions décisives venues récompenser une inlassable activité d'une surface à l'autre pour apporter du rythme quand son équipe balbutiait son football en première période. Une attitude de sauveur ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter