PSG : contre Liverpool, Thiago Silva s’est offert une revanche éclatante (et larmoyante)

PSG : contre Liverpool, Thiago Silva s’est offert une revanche éclatante (et larmoyante)

Football
DirectLCI
FOOTBALL – Le capitaine du PSG, Thiago Silva, a fait forte impression mercredi soir contre Liverpool (2-1) en Ligue des champions. Une prestation de grande classe qui marque la fin d’un chemin de croix.

Les derniers quolibets dataient de la fin du mois d’octobre. Malgré un retour au plus haut niveau depuis de longs mois, concrétisé par le brassard de capitaine qu’il a de nouveau porté avec le Brésil durant la Coupe du monde en Russie, Thiago Silva, en déclarant forfait pour la bouillante réception de Naples, a eu droit aux sempiternelles moqueries qui l’escortent depuis 2014 et ses chaudes larmes durant une torride séance de tirs au but face au Chili en 8es de finale du Mondial.

J’avoue que pendant trois ou quatre jours j’en étais malade.Thiago Silva sur son erreur à Naples

Ces larmes symbolisent toujours, aux yeux du grand public, une faiblesse, une incapacité à gérer ses émotions quand la tension, sportive, s’accroît. Dès lors, même lorsqu’il se blesse, si cela a le malheur d’arriver avant un rendez-vous important, les mauvaises langues y voient une manière de fuir, de laisser ses coéquipiers se débrouiller sans lui...

Revenu deux semaines plus tard pour le déplacement à Naples, il a ensuite commis l’erreur directement à l’origine de l’égalisation des Italiens (1-1), ce qui n’a pas arrangé son cas. "Pour moi, c’est du passé. Inutile de ressasser ça tout le temps. Mais j’avoue que pendant trois ou quatre jours j’en étais malade. Ce n’était ma première erreur et ce ne sera pas la dernière. C’est comme ça. J’étais triste parce que l’équipe a fait un match très cohérent et mon erreur l’a pénalisée. Mais je crois que dans d’autres matchs, j’ai contribué aux victoires. J’espère pouvoir maintenant aider l’équipe de la meilleure des façons", confiait-il mardi à la chaîne de télé brésilienne UOL.

Un drôle de tour d'honneur

Puis mercredi soir, lors du match le plus important de la saison du PSG, face à Liverpool (2-1), le défenseur central a joint les actes à la parole. Intraitable dans les airs comme au sol, concentré sur l’anticipation de chaque ballon, puissant dans les duels, délicieux à la relance, menant le pressing, capable, en outre, de contrer au dernier moment les quatre passes anglaises les plus dangereuses du match, tout en motivant ses coéquipiers et le public a maintes reprises, il a rendu une copie parfaite.

Après un long tour d’honneur quelque peu étonnant dans le contexte (cette victoire ne suffit pas à qualifier Paris pour les 8es de finale de la Ligue des champions), l’homme du match s’est tranquillement pointé devant le micro de RMC Sport pour livrer ses commentaires. Chose rare dans le football à ce niveau : Thiago Silva s’est exprimé à chaud, pour ne pas dire à vif. En tout cas, sans filtre.

On disait que Thiago n'est pas prêt, qu'il est faible mentalement...Thiago Silva mercredi soir

Cette interview, d’une intensité rare, est venue ajouter du relief à sa performance sur le terrain. "Le plus important, c'est qu'on a vraiment joué comme une équipe aujourd'hui. C'est toujours fantastique mais c'était une journée particulière. On a travaillé pour gagner ce match-là car ça devenait compliqué si on ne le remportait pas. Nous sommes tous contents de la victoire bien sûr, mais la façon dont on a joué a été fantastique. Nous sommes là pour faire des matchs comme ça. Aujourd'hui, c'était une démonstration que c'est possible", a-t-il embrayé, avant de chaleureusement féliciter son coach.

Sentant l’émotion poindre, le journaliste l’a finalement lancé sur son cas personnel, lui demandant si ce match lui donnait envie de finir sa carrière au PSG (il a 34 ans). "Oui, bien sûr, parce que… (il marque un temps d’arrêt). C’est chiant, parce qu'avec toutes les blessures que j'ai eues avant les matchs de Ligue des champions, des choses sortaient, disant que Thiago n'est pas prêt, qu'il est faible mentalement, qu'il n'est pas dans le groupe", a-t-il déballé, les yeux de plus en plus embués.

Je vais pouvoir rentrer chez moi, réveiller mon fils.Thiago SIlva mercredi soir

"Aujourd'hui, ce n'est pas une démonstration pour ceux qui parlent de moi, mais pour moi-même, pour ma famille qui était là (dans les tribunes), a-t-il enchaîné. Je joue pour ma famille, pour mon petit, qui m'avait demandé la victoire. Je suis content parce qu'on a réalisé un très bon match et je vais pouvoir rentrer chez moi, réveiller mon fils qui doit aller à l'école demain matin et lui dire (il chuchote) : 'Mon petit, papa a gagné ce soir.' C'est magnifique."

"On vous sent ému", lui a lancé le journaliste pour finir. "Oui, c'est difficile... Je suis content, maintenant, je veux juste célébrer avec ma famille et mes amis", a conclu le capitaine, en se frottant les yeux. Ces larmes-là, il n’y aura personne pour venir les lui reprocher.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter