PSG : pour toucher jusqu'à 375.000 euros de prime d'éthique, les joueurs doivent notamment aller saluer les supporters

Football
DirectLCI
RÉVÉLATIONS - Jeudi soir sur France 2, l'émission "Envoyé Spécial' a fait quelques révélations concernant le système de rémunération des joueurs du PSG. Ainsi, en plus de leur salaire fixe, les stars parisiennes bénéficient d'une prime d'éthique pouvant aller jusqu'à 375.000 euros pour Neymar Jr. Une prime impliquant notamment d'aller saluer les supporters avant et après chaque match.

Les jours passent et les révélations gênantes s'accumulent pour le Paris Saint-Germain. Jeudi, l'émission de France 2 Envoyé Spécial a diffusé un reportage sur les coulisses du club de la capitale, évoquant notamment le fichage ethnique effectué par les recruteurs parisiens, mais pas que. Le sujet pointe notamment du doigt la rémunération des stars du club parisien et notamment des primes d'éthique perçues, impliquant notamment l'obligation d'aller saluer et remercier les supporters avant et après chaque rencontre.


Ainsi, comme le révèle Envoyé Spécial, le montant du bonus mensuel varie selon les joueurs. Il va de 33.000 euros pour le capitaine Thiago Silva à 375.000 euros nets par mois pour la superstar de l'équipe Neymar Jr. Les expérimentés Dani Alves, Angel di Maria et Edinson Cavani touchent quant à eux une somme de 70.000 euros par mois pour respecter ces consignes. Outre le fait d'aller saluer les fans du PSG lors de chaque rencontre, Neymar Jr doit "répondre à toutes demandes d'interview, notamment au profit du groupe Al Jazeera", quand Cavani peut se voir priver de certaines primes s'il est en retard "de plus de 15 minutes à plus de 5% des entraînements."


Les dirigeants parisiens ont tenu à réagir dans Le Parisien : "Saluer les supporteurs n’est que l’une des règles qui, si elle est respectée, permet aux joueurs de toucher une prime d’éthique". Les autres règles d'éthique sont notamment l'exemplarité du comportement envers l'ensemble des acteurs du monde professionnel, la ponctualité, l'assiduité aux entraînements ou encore  "l'absence de paris liés à des compétitions auxquelles participe le club". Le club de la capitale précise également que cette prime est surtout un moyen de rappeler aux joueurs qu'ils incarnent "l'image et les valeurs du club".

Une prime d'éthique instaurée dès 2011

Cette clause commune à tous les joueurs avait été révélée en février 2016 par Le Monde à l'occasion de l'affaire "Aurier". Le défenseur ivoirien Serge Aurier, aujourd'hui à Tottenham, avait été suspendu à titre conservatoire après avoir traité de "fiotte" son entraîneur de l'époque, Laurent Blanc, pendant un tchat vidéo. La prime d'éthique du joueur avait ainsi été supprimée. Le journal expliquait ainsi que ces primes avaient été instaurées en 2011, date de l'arrivée du Qatar à la tête du PSG. A titre d'exemple, lors de son arrivée au PSG, Thiago Silva avait ainsi signé un contrat "assorti d’une clause qui prévoit une prime d’éthique mensuelle de 41.000 euros."


Outre le PSG, d'autres clubs français ont, ces dernières années, instauré ces primes d'éthique. Ainsi, en 2013, le Clermont Foot, actuel pensionnaire de Ligue 2, s'était inspiré du modèle parisien afin d'inciter les joueurs "à rester exemplaires mais aussi montrer qu’ils sont bien élevés", selon les dires de son président Claude Michy à un média local, le Cyberbougnat. Idem concernant l'Olympique Lyonnais, où Mathieu Valbuena et Alexandre Lacazette touchaient respectivement une prime d'éthique mensuelle s'élevant à 20.000 et 30.000 euros en 2015-2016, d'après des révélations du Parisien.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter