PSG : Hatem Ben Arfa dans le collimateur d’Unai Emery

Football

TACLE(S) – À deux reprises, mercredi puis ce jeudi en conférence de presse, Unai Emery, l’entraîneur du PSG, a publiquement critiqué Hatem Ben Arfa. D’abord pour déclarer que son attaquant ne travaille pas assez. Ensuite pour le taxer d’individualisme. Ambiance…

Dans la carrière d’Hatem Ben Arfa, un ciel sans nuage est à peu près aussi rare qu’en région parisienne. L’année passée, durant laquelle l’éternel espoir avait enfin réalisé une saison pleine, était en fait une simple éclaircie. Car, à peine débarqué au PSG cet été, l’attaquant international français se retrouve déjà plongé dans ses sempiternels travers. En témoignent les récentes déclarations de son nouvel entraîneur à Paris, Unai Emery, qui, entre deux éloges adressés à Edinson Cavani et Blaise Matuidi, a sévèrement critiqué sa nouvelle recrue, plus titularisée depuis la 1ère journée de Ligue 1.

Lire aussi

    Cela a commencé mercredi, au détour d’un entretien accordé à RMC. « Il a joué tous les matchs pour l’instant. Pas en entier, mais il a joué à chaque fois, a expliqué le coach basque, avant d’y aller plus franchement. Je lui ai dit : "Travaille pour t’améliorer. Parce que si tu joues bien dix minutes, la prochaine fois, tu joueras vingt minutes. Et ainsi de suite." C’est le processus. Son temps de jeu a été juste lors de ce début de saison. Il doit travailler plus. » Comprendre : il ne travaille pas assez.

    Lire aussi

      On était alors déjà surpris de cette sortie, le technicien n’ayant encore critiqué publiquement aucun de ses joueurs depuis son arrivée dans la capitale française. On a été encore plus étonné en l’entendant revenir à la charge ce jeudi, en conférence de presse : « J'attends beaucoup de Ben Arfa. Qu'il joue dix, trente minutes ou un match entier. Pour ça, la préparation est très importante. J'attends qu'il élève ses performances. Il doit davantage combiner avec ses partenaires. À Nice, il jouait beaucoup individuellement. » Comprendre : il continue de le faire à Paris. À bon entendeur, salut.

      Sur le même sujet

      Et aussi

      Lire et commenter